Médicaments contrefaits : la liste noire

Un quart des colis postaux interceptés par les douaniers européens contiennent de faux médicaments. Boosters érectiles, Alli®, DHEA, mélatonine... Sur le Web, on trouve de tout, à des prix défiant toute concurrence et sans ordonnance ! Quels sont vraiment les risques ? Enquête.

Publicité

Contre les troubles de l'érection : Viagra®, Cialis®...

© Istock

Les produits contre le dysfonctionnement érectile - Viagra®, Cialis®, Levitra® (sildanéfil, tadalafil, vardénafil) - font fréquemment l'objet de contrefaçons. Le Viagra® arrive en tête des médicaments les plus contrefaits au monde. Un sondage réalisé en 2011 par Pfizer, son fabriquant, montre que 80 % du Viagra acheté au hasard sur Internet est contrefait. Rien qu'en 2008, 881 205 boîtes de médicaments de Viagra® et Cialis®, deux stimulants sexuels, ont été saisies par les douanes françaises au port du Havre, soit 62% de plus qu'en 2004 ! Depuis, des saisies ont régulièrement lieu. Les produits contre la dysfonction érectile représentent la moitié des médicaments saisis, selon les estimations.
Quels sont les risques : Au pire, des problèmes cardiaques graves en fonction des lots contrefaits, au mieux une absence d'effets (pas de principe actif). Attention : ces médicaments ne doivent être pris que sur avis médical (risque de grave danger en cas d'associations avec d'autres médicaments).
Sachez-le : 25% des médicaments achetés sur le net sont des produits contre les troubles de l'érection.

Publicité
Publicité

Des hormones : DHEA, mélatonine...

Internet permet de se procurer des médicaments n'ayant pas été soumis à l'évaluation des autorités sanitaires françaises. C'est le cas par exemple de la DHEA et de la prégnénolone (hormones présentées comme anti-âge) et de la mélatonine (hormone du sommeil).
Quels sont les risques : la prise de DHEA non contrefaite pourrait stimuler la croissance de cancers hormodépendants (prostate, sein, utérus). Pas d'étude concernant la DHEA, la mélatonine et la prégnénolone contrefaites.
Méfiance car on les retrouve en vente libre sur la toile, provenant notamment des Etats-Unis. Administrés depuis l'étranger, ces sites ne sont pas tenus d'appliquer les réglementations françaises. Echappant à tout contrôle, la qualité et la composition des gélules sont très variables. Certaines pilules ne contiendraient pas la moindre molécule, d'autres sont trop dosées. Enfin d'autres recèlent des produits différents de ceux mentionnés sur l'étiquette.
A noter : Selon l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament), en l’absence d’un suivi médical adapté, leur utilisation est fortement déconseillée, contrefaçon ou pas.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X