Coeur : le Previscan© ne peut plus être prescrit en initiation à partir du 1er décembre

Publié le 30 Novembre 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Un communiqué de l'ANSM relayé par les professionnels de santé explique que le Previscan© (fluindione) ne sera plus autorisé en traitement d'initiation à compter du 1er décembre 2018 à cause d'un risque immuno-allergique grave.
Publicité

Les modalités de prescription du médicament Previscan© (Fluidione) vont changer à compter du 1er décembre. Selon un communiqué de l'ANSM relayé le Dr Christophe Trivalle sur son compte Twitter, le traitement ne sera plus autorisé en initiation à compter du 1er décembre 2018 . "Les effets thérapeutiques de la fluindione ne permettent plus de contrebalancer les risques résultant de l'emploi de ce médicament chez les patients lors de l'initiation du traitement", expliquent les spécialistes.

Publicité

Publicité

Un risque immuno-allergique rare mais grave

En cause, le risque d'effets indésirables immuno-allergiques déjà évoqué par l'ANSM dans une lettre aux professionnels de santé publiée le 3 mai 2017. "L'ANSM et le laboratoire Merck rappellent le risque rare, mais grave d'effet indésirable immuno-allergique, plus fréquemment rapporté en France avec la fluindione (Previscan©, comprimé quadrisécable) en comparaison avec les autres anti-vitamines K." A la suite de cette conclusion, les experts du laboratoires soulignaient aux médecins le besoin d'être vigilants dès les 6 premiers mois de traitement.

En revanche, l'ANSM précisait en juin 2017 que chez les patients qui prennent le traitement depuis plus de 6 mois et bien équilibré, "les données de sécurité ne justifient pas de modifier le traitement." car un changement pourrait entraîner "une situation à risque d'événements hémorragiques et/ou thromboemboliques potentiellement graves. Le traitement par fluindione reste donc restreint au renouvellement chez les patients équilibrés par ce traitement.

Pour rappel, le Previscan© est un anticoagulant oral de la classe des anti-vitamines K (AVK). Il est prescrit principalement en cas de "cardiopathie emboligènes afin de prévenir les complications thrombo-emboliques en rapport avec certaines troubles du rythme auriculaire", selon l'ANSM. Pour la prévention des infarctus du myocarde et en traitement des thromboses veineuses profondes et de l'embolie pulmonaire.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X