Antidouleurs : une enquête révèle les risques de ces médicaments

L’émission Enquête de Santé de France 5 a mis en lumière les problèmes liés à la consommation d’opiacés. Décès, overdose, douleurs chroniques... Enquête sur ces médicaments à haut risque.
Antidouleurs : une enquête révèle les risques de ces médicamentsIstock
Sommaire

Paracétamol, ibuprofène… Les antidouleurs sont omniprésents dans nos placards. Pourtant, d'après les avis recueillis par l’émission Enquête et Santé, ils provoqueraient des effets secondaires dangereux, voire fatals.

Antidouleurs : une hausse d’hospitalisations et de décès

10 millions de Français souffrent de douleurs chroniques. Et pour bon nombre d'entre eux, les solutions naturelles ne suffisent pas. Ces personnes ont recours à des antidouleurs, souvent dérivés de la morphine et de l’opium.

En février 2019, déjà, l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) s’inquiétait du nombre d’augmentations d'hospitalisations, d’intoxications et de décès lié à la prise d’antidouleurs dans le pays.

Pour certains spécialistes, les antalgiques seraient même devenus plus dangereux qu’utiles. À tel point que l'on peut se poser la question suivante : les médecins ou pharmaciens sont-ils assez conscients des dangers pour les patients ?

En tout cas pas assez si l'on en croit les chiffres suivants : environ 400 000 américains sont morts d’une overdose d’opioïde (tramadol, codéine, opium...)en 20 ans.

Antidouleurs : des témoignages choquants

Pour réaliser son documentaire portant sur les dangers des anti-douleurs, Enquête de Santé a interrogé des Français, victimes de ces médicaments.

Parmi eux, Nicolas raconte comment il est devenu accro aux anti-douleurs et comment ces derniers ont fait des ravages sur sa santé.

"En 12 ans, je suis passé de trois cachets par jour à plus de 40 cachets par jour. J’en avais toujours un dans la bouche à un moment. Je me suis dit il faut que ça s’arrête sinon je vais mourir d’une overdose ou d’une crise cardiaque", explique-t-il.

Stéphanie, atteinte de douleurs aux jambes, s'est également confiée sur sa consommation excessive de médicaments. Tout a commencé lorsque son médecin lui a prescrit des opioïdes, car la douleur devenait chronique. Les doses ont progressivement augmenté jusqu’à atteindre 20 comprimés par jour.

J’étais prisonnière de ce traitement. J’avais l’impression de ne plus être une mère pour mes enfants, affirme-t-elle.

La dépendance a mis en danger Stéphanie. Elle a fait un malaise chez elle après un surdosage.

Un troisième témoignage confirme les dangers de la surconsommation d'opiacés. Dans l'émission, Jean-Luc a confié avoir ingéré 5 cachets de paracétamol après le travail car il ressentait de vives douleurs aux jambes.

Quelques heures plus tard, il a dû se subir une greffe du foie. L'organe avait été détruit par une intoxication sévère au médicament.

Désormais, sur les boîtes de Doliprane, la phrase "surdosage = danger, dépasser la dose peut détruire votre foie" est obligatoire. Cette décision a été prise par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) en juillet 2019.

Par ailleurs, la vente libre de paracétamol est interdite dans les pharmacies depuis janvier.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Tous les antalgiques - Institut National du Cancer

« Enquête de santé » s’interroge sur une crise à venir des antidouleurs en France - Le Monde - 22 septembre 2020

Enquête de santé - France 5 - diffusé le 22 septembre 2020

La rédaction vous recommande sur Amazon :