Sommaire

Attention aux médicaments contre le rhume, certains sont dangereux pour la santé ! C'est du moins ce qu'a révélé l’Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm). Dans un communiqué du 27 octobre 2020, elle alerte les consommateurs sur les dangers des vasoconstricteurs vendus sans ordonnance.

Ces comprimés permettant de décongestionner le nez sont souvent associés à un antalgique (paracétamol, ibuprofène) ou à un antihistaminique (cétirizine) et peuvent exposer à différents risques.

"Chaque personne qui décidera d'avoir recours à un médicament vasoconstricteur pour soigner son rhume se verra remettre par leur pharmacien une fiche d'informations sur les risques d'effets indésirables associés à ces traitements et les précautions à respecter lors de leur utilisation", communique l'Ansm.

Ils "sont associés à un risque d'effets indésirables rares mais graves, en particulier cardiovasculaires et neurologiques, notamment des infarctus du myocarde ou des AVC ischémiques", rappelle l'Ansm.

Actifed, Dolirhume, Humex Rhume... doivent être pris avec précaution

Les médicaments concernés par la mise en garde de l’ANSM sont : Actifed Lp Rhinite Allergique, Actifed Rhume, Actifed Rhume jour et nuit, Dolirhume Paracétamol et Pseudoéphédrine, Dolirhumepro Paracétamol Pseudoéphédrine et Doxylamine, Humex Rhume, Nurofen Rhume, Rhinadvil Rhume Ibuprofène/ Pseudoéphédrine, Rhinadvilcaps Rhume Ibuprofène/ Pseudoéphédrine, Rhinureflex et Rhumagrip.

Selon l’ANSM, les vasoconstricteurs cités ci-dessus exposent à différents risques : accident vasculaire cérébral (AVC), troubles cardiaques tels qu'un infarctus du myocarde, tension artérielle élevée, convulsions, hémorragie gastro-intestinale et réactions cutanées graves.

"Ces effets indésirables peuvent survenir quelle que soit la dose et la durée du traitement. Si vous ressentez l’un de ces effets indésirables, arrêtez votre traitement et contactez immédiatement un médecin", conseillent les autorités sanitaires.

C'est cette persistance des effets rares mais graves ainsi qu’un mésusage important des vasoconstricteurs, qui ont conduit l’Ansm à élaborer des documents d’information : une fiche d'aide à la dispensation des vasoconstricteurs et une fiche d'information pour les patients.

Ces derniers, qui sont complémentaires à la notice contenue dans les boites, vont être distribués dans quelques semaines dans les pharmacies de ville par les laboratoires concernés.

Si vous soignez votre rhume avec un vasoconstricteur, l’Ansm indique plusieurs précautions à suivre : respecter la posologie, ne pas dépasser 5 jours de traitement, ne pas associer avec un autre médicament contenant un autre vasoconstricteur (par voie orale ou nasale), ne pas associer avec un autre médicament contenant du paracétamol, de l’ibuprofène ou de la cétirizine.

Pour rappel, le rhume guérit spontanément en 7 à 10 jours sans traitement.

Actifed Rhume Jour et Nuit, Nautamine et Butix : les autorités nous mettent en garde

Actifed Rhume Jour et Nuit, Nautamine et Butix : les autorités nous mettent en garde

Ce n'est pas la première fois que les autorités alertent sur les dangers de certains médicaments. En novembre 2019, c'était une autre molécule qui inquiétait les experts : la diphénhydramine. On la retrouve notamment dans l’Actifed et la Nautamine.

Des experts de la Canadian Society of Allergy and Clinical Immunology (CSACI) affirmaient dans leur journal officiel que les antihistaminiques H1 de nouvelle génération étaient plus sûrs que leurs prédécesseurs de première génération, et devaient donc être utilisés en premier recours dans le traitement des rhinites allergiques et de l’urticaire.

Selon les médecins, ce traitement est beaucoup trop utilisé

En cause, cette fameuse diphénhydramine, principale molécule des antihistaminiques H1 de première génération, que l’on trouve en vente libre au Canada sous forme de Benadryl. En France, la diphénhydramine est la substance active des médicaments Actifed Rhume Jour et Nuit, Nautamine et Butix.

Selon les médecins, ce traitement est beaucoup trop utilisé du fait de sa disponibilité en vente libre, et devrait être limité à un accès sur ordonnance.

“Nous sommes stupéfaits de voir que les gens veuillent toujours l’utiliser”, affirme le Dr David Fischer, allergologue clinicien à Barrie, en Ontario, et auteur de l’article.

Somnolence, irritabilité, coma, arythmie… de graves effets secondaires

Somnolence, irritabilité, coma, arythmie… de graves effets secondaires

L’association d’allergologues recommande de ne pas utiliser ces antihistaminiques, qui ont été introduits dans les années 1940, “avant les normes actuelles”.

En effet, ces traitements de première génération peuvent pénétrer dans d’autres parties du corps et entraîner de nombreuses réactions, outre ses effets antihistaminiques.

Le chlorhydrate de diphenhydramine, "vous rend somnolent et irritable, et si vous en prenez une dose trop importante, vous vous retrouverez à l’hôpital", explique le Dr Fischer. Une surdose de ce médicament peut aussi entraîner des problèmes respiratoires, un coma ou des convulsions, rappelle la CSACI. Des troubles du rythme cardiaque peuvent aussi survenir, et s’avérer fatals.

Les personnes âgées s’exposent à un risque de délires et de perte de mémoire

Pour les experts, pas de doute, les antihistaminiques H1 de nouvelle génération (généralement à base de cétirizine et de desloratadine), sont plus sûrs, plus efficaces et plus rapides. La différence majeure étant qu’ils ont un effet beaucoup moins sédatif - voire pas du tout - comparés à la génération précédente.

“Même en suivant les doses prescrites, les médicaments comme le Benadryl sont associés à une somnolence, des troubles cognitifs et des problèmes de mémoire”, met en garde le Dr Anne Ellis, allergologue et professeure à la Queen’s University. “Les enfants peuvent subir une réaction paradoxale, qui les rend hyperactif, tandis que les personnes âgées peuvent délirer”.

1 700 rapports d’effets indésirables graves, selon les autorités sanitaires

1 700 rapports d’effets indésirables graves, selon les autorités sanitaires

Ces mises en garde semblent avoir été prises au sérieux par les autorités de santé canadienne, qui ont déclaré être en train d’étudier le document de synthèse de la CSACI, “afin de déterminer si de nouvelles mesures sont nécessaires pour atténuer le risque des produits contenant de la diphénhydramine”.

Health Canada a d’ailleurs affirmé être au courant des problèmes de sécurité liés à l’utilisation de ces traitements chez les enfants, pour qui une simple petite erreur de dosage peut entraîner une grave surdose. Depuis 1965, l’agence a reçu plus de 1 700 rapports faisant état "d’effets indésirables graves soupçonnés d’être liés à des produits contenant de la diphénhydramine", notamment la fatigue, la fièvre, les maux de tête et la somnolence.

Néanmoins, cette dernière n’a pas évalué ces rapports et ne peut donc, pour l’instant, pas déterminer de lien de cause à effet entre ces symptômes et l’utilisation d'un quelconque médicament.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Communiqué : l’ANSM renforce l’information des patients et des pharmaciens sur les risques liés aux vasoconstricteurs - Point d'information, ANSM, 30 janvier 2020.

CSACI position statement: Newer generation H1-antihistamines are safer than first-generation H1-antihistamines and should be the first-line antihistamines for the treatment of allergic rhinitis and urticaria, Allergy, Asthma & Clinical Immunology, 1 octobre 2019. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.