Ostéopathie : les contre-indications chez le bébé

Tout comme les grands, les bébés peuvent, eux aussi, bénéficier des bienfaits de l'ostéopathie. Si les champs d'applications de cette pratique paramédicale chez le jeune enfant sont multiples, ils se heurtent néanmoins à un cadre légal strict en la matière.

Publicité

© Istock

Pourquoi emmener son bébé chez l'ostéopathe ?

L'ostéopathie se propose de soulager et d'intervenir sur différents troubles susceptibles de toucher les enfants en bas âge. C'est le cas notamment : • des déformations de la boîte crânienne, • d'un aplatissement d'une partie du crâne, • du reflux gastro-œsophagien, • des coliques, • des troubles du sommeil, • de la bronchiolite, • du torticolis, • des troubles comportementaux… En général, les séances d'ostéopathie pour bébé sont moins longues que pour les adultes. Dans la plupart des cas, les enfants affichent une bonne réceptivité aux différentes techniques manipulatoires dont ils font l'objet.

A lire aussi : Les quatre piliers

Publicité
Publicité

Ostéopathie et bébé : que dit la loi ?

La pratique ostéopathique chez le bébé de moins de 6 mois est régie par l'article 3 du décret n° 2007-435 du 25 mars 2007. Ce dernier interdit l'intervention des ostéopathes non-médecins sur des bébés sauf s'ils disposent d'une autorisation délivrée par le médecin traitant de l'enfant. Or, dans la pratique, très peu de médecins ont recours à l'ostéopathie pour traiter les bébés, soit parce qu'ils n'appréhendent pas correctement cette médecine alternative, soit parce qu'ils ne souhaitent pas en prendre le risque. C'est la raison pour laquelle peu de bébés sont vus par des ostéopathes avant l'âge de 6 mois.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X