Dans un communiqué publié le 5 juillet dernier, L’Anses révèle avoir été saisie en urgence afin d’évaluer le risque de transmission du virus Monkeypox par les aliments. En effet, on observe en France et en Europe une augmentation du nombre de personnes infectées par le virus responsable de la variole du singe. La maladie se transmet principalement :

  • Par contact avec la peau, la bouche, le sexe ou l’anus avec les boutons et les croûtes d’une personne malade ;
  • Par les postillons et les éternuements d’une personne malade.

Cependant, “sur la base des données disponibles, l’Agence (Anses) indique néanmoins que le risque de transmission du virus Monkeypox à l’être humain par les aliments ne peut pas être exclu.”

Monkeypox : “Un aliment peut être contaminé directement par une personne malade”

Selon l’Anses, “Un aliment peut ainsi être contaminé directement par une personne malade, en particulier si celle-ci le manipule alors qu’elle présente des lésions ou des croûtes sur la peau. L’aliment peut aussi être contaminé après contact avec une surface elle-même contaminée. La transmission à l’être humain par l’intermédiaire de l’aliment pourrait ensuite se produire par ingestion ou manipulation de l’aliment contaminé.”

Variole du singe et alimentation : comment éviter la contamination ?

Dans son communiqué, l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale rappelle les bonnes pratiques d’hygiène pour prévenir le risque de transmission du virus Monkeypox. Ainsi, “lorsque l’on présente des blessures infectées sur les mains, quelle qu’en soit l’origine, il ne faut ni manipuler des aliments, ni cuisiner pour d’autres personnes. Cela s’applique également en cas de symptômes évoquant la variole du singe (éruptions cutanées, fièvre, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires…).”

Quant à Santé Publique France, elle rappelle dans un communiqué datant de juin dernier quelques règles simples pour se protéger de la variole du singe :

  • Évitez tout contact physique (faire la bise, serrer les mains…) ;
  • Portez un masque chirurgical pour discuter avec d’autres personnes ;
  • Mettez des gants étanches pour toucher tout objet ayant été en contact d’autres personnes (notamment verres, serviettes, vêtements…) ;
  • Désinfectez les surfaces touchées par les personnes (comme pour le Covid).

Monkeypox : les recommandations pour les professionnels de la restauration

Si l’Anses préconise de rester vigilant quant à une contamination des aliments du virus responsable de la variole du singe, elle invite également les professionnels de la restauration et de l’industrie agro-alimentaire à prévenir le risque de transmission notamment en sensibiliser les travailleurs aux symptômes de ce virus pour qu’ils puissent se déclarer rapidement en cas d’infection et permettre la gestion efficace des personnes contact.

L’agence rappelle aussi que “le virus étant persistant dans l’environnement, il faut appliquer les bonnes pratiques d’hygiène, de nettoyage et de désinfection des matériels et des locaux pour limiter la contamination dans les espaces ayant pu être fréquentés par des personnes contaminées.”

Sources

https://www.anses.fr/fr/content/variole-du-singe-quel-risque-de-transmission-par-l%E2%80%99alimentation

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-transmissibles-de-l-animal-a-l-homme/monkeypox/documents/depliant-flyer/info-monkeypox-fiche-conseil-a4

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.