Douleurs lors des relations sexuelles : est-ce une atrophie vaginale ?

Publié le 26 Novembre 2018 par La Rédaction Médisite
Chez la femme, une douleur lors des relations sexuelles peut être due à différents facteurs. Qu’il s’agisse d’une douleur à la pénétration ou d’une douleur profonde, il est nécessaire d’en identifier la cause pour trouver la meilleure solution. Infection vaginale, salpingite, absence de préliminaires ou encore atrophie vaginale sont parmi les causes fréquentes de relations sexuelles douloureuses.
Publicité

6755888-inline-500x333.jpg© Istock

Douleurs lors des relations sexuelles : l’infection vaginale

Des douleurs lors de la pénétration peuvent être dues à différentes infections vaginales, comme la dermatite, la vaginose bactérienne à Gardnerella vaginalis, la vaginite à Trichomonas et la vaginite à Candida albicans. Il n’est pas rare qu’elles récidivent. Si vous pensez être atteinte d’une infection vaginale, consultez votre médecin traitant ou votre gynécologue, d’autant plus si vous souffrez de douleurs abdominales, de vomissements et que vous avez de la fièvre.Des examens complémentaires sont nécessaires pour identifier le type d’infection vaginale dont vous souffrez. Antibiotiques oraux, crèmes et gels sont parmi les traitements efficaces contre la vaginite, même récidivante.

Publicité

Douleurs profondes lors des relations sexuelles : la salpingite

La salpingite est responsable de douleurs profondes car cette infection sévit au niveau des trompes de Fallope. C’est une pathologie qui nécessite une prise en charge car elle a de graves conséquences sur la fertilité. C’est d’ailleurs la première cause d’infertilité chez les femmes.Ses principaux symptômes sont, en plus de douleurs profondes lors de la pénétration, des douleurs intermittentes entre les menstruations et pendant les règles ainsi que des saignements anormaux.

Publicité

Coït douloureux et atrophie vaginale : la carence en œstrogènes

A la ménopause, les ovaires cessent de sécréter des œstrogènes. Il en résulte un manque d’élasticité du vagin. En parallèle, l’orifice vaginal est plus resserré, la muqueuse vaginale n’est plus suffisamment lubrifiée et elle devient plus mince. C’est l’atrophie vaginale. Ce phénomène touche plus de la moitié des femmes post-ménopausées.L’atrophie vaginale entraîne des douleurs lors des relations sexuelles qui peuvent perturber l’intimité du couple et avoir des répercussions au niveau psychologique. Il existe différents traitements spécifiques aux femmes ménopausées qui souffrent des conséquences d’une atrophie vaginale. L’Estring (anneau vaginal qui libère des hormones) tout comme les œstrogènes par voie vaginale sont des solutions efficaces proposées aux femmes auxquelles il n’est pas souhaitable de prescrire des doses élevées d’œstrogènes.

Les bons gestes pour limiter les douleurs lors des rapports sexuels

Les rapports sexuels douloureux peuvent avoir des répercussions psychologiques et entraîner une baisse de la libido. Lorsque ce n'est pas lié à une anomalie physique, il est possible de rendre les rapports sexuels moins douloureux en appliquant certains conseils pratiques, à savoir :- bannir les douches vaginales, tout comme les savons irritants ou parfumés qui fragilisent le microbiote vaginal ;- faciliter la pénétration grâce à un hydratant vaginal à action longue et à un lubrifiant liquide ;- accorder un temps suffisant aux préliminaires qui favorisent une bonne lubrification du vagin ;- reprendre confiance en soi.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X