Cancers et maladies articulaires : une hémochromatose en cause ?

Une récente étude britannique suggère que l'hémochromatose, une maladie génétique caractérisée par un excès de fer dans l'organisme, serait plus commune qu'on ne le pense, et pourrait être la cause majeure de bon nombre de cancers et maladies articulaires.
Istock

En France, on estime qu'une personne sur 300 est porteuse d'une anomalie génétique prédisposant à l'hémochromatose, une maladie caractérisée par une hyperabsorption intestinale de fer. Mais ce chiffre pourrait bien être revu à la hausse, et ces complications beaucoup plus fréquentes, puisqu'une récente étude britannique et américaine suggère que l'hémochromatose aurait un rôle majeur dans l'apparition de nombreux cancers et maladies articulaires.

Hémochromatose : un risque accru de cancer, diabète et maladie articulaire

L'étude a été publiée le 16 janvier 2019 dans le British Medical Journal. Pour arriver à ce constat, les chercheurs ont suivi pendant environ sept ans 451 243 personnes. Parmi elles, 2 890 étaient porteuses d'une mutation sur le gène HFE C282Y, qui provoque l'hémochromatose, soit un homme sur cinq et une femme sur dix. Ces participants avaient ainsi un risque accru de développer non seulement la maladie, mais également une maladie du foie, de l'arthrose, la polyarthrite rhumatoïde ou encore le diabète. De plus, les chercheurs ont pu constater que 1,6% des opérations de la hanche et 5,8% des cancers du foie observés chez les hommes de cette catégorie étaient liés à l'hémochromatose. Fatigue et douleurs articulaires étaient les premiers symptômes le plus fréquemment observé.

Quel est donc le lien entre l'hémochromatose et les autres maladies ? Le professeur David Melzer, un des auteurs de l'étude, explique dans un communiqué que le fer absorbé en trop grande quantité forme des globules rouges : certains de ces globules se déposent et s'accumulent alors dans l'organisme et plus particulièrement dans le foie, ce qui multiplierait par quatre le risque de maladie du foie et par deux le risque d'arthrite notamment.

Un meilleur dépistage et une plus grande considération des symptômes

"On pensait que les mutations de l'hémochromatose n'entrainaient que rarement des problèmes de santé, affirme-t-il. Nous avons montré que cette maladie héréditaire est en réalité beaucoup plus commune", ce qui, selon lui, devrait encourager la recherche à se pencher sur de meilleurs systèmes de dépistage pour détecter la maladie plus tôt et ainsi mettre rapidement en place un traitement pour limiter les complications.

Le docteur Luke Pilling, également auteur de l'étude, ajoute par ailleurs que les symptômes de la maladie ne devraient pas être négligés : "Nous avons pu observer que le diagnostic de l'hémochromatose est bien souvent tardif voire manqué. Ce n'est pas surprenant, puisque les douleurs articulaires et la fatigue sont des symptômes que l'on associe trop souvent à la vieillesse. Pourtant, il est probable que ces risques potentiellement mortels puissent être évités."

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Un excès de fer à l'origine des cancers

La rédaction vous recommande sur Amazon :