Furoncle : définition, symptômes, traitement

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLe furoncle est une infection de la peau qui prend toujours racine autour d’un poil, sur le visage, les fesses ou encore les cuisses. Fréquent, mais généralement bénin, le bouton à la tête blanche s’avère douloureux et peut donner lieu à des complications dans certains cas. Découvrez comment reconnaître, prévenir et soigner un furoncle.

Définition : qu'est-ce qu'un furoncle ?

Le furoncle est une infection de la peau qui se manifeste au niveau de la base d’un poil, le follicule pilo-sébacé. "Elle est principalement due à un staphylocoque doré", précise le Dr Alain Kalis, médecin urgentiste aux Hospices civils de Beaune. Dans le détail, les toxines sécrétées par la bactérie en cause génèrent la destruction du poil et la formation d’un bourbillon (amas de pus blanchâtre). Le furoncle, qui ne dure généralement que quelques jours, peut être très douloureux, mais il est le plus souvent bénin.

Furoncle : quand consulter son médecin ?

Le conseil du Dr Alain Kalis :

"Parfois, les furoncles peuvent récidiver ou se multiplier. Il ne faut pas hésiter à en parler à son médecin traitant, car ils peuvent être le signe d’une affection plus grave comme un diabète ou un déficit immunitaire."

Chiffres clés

Le furoncle est une pathologie très fréquente. La Haute Autorité de Santé précise toutefois qu’il n’existe pas "de données précises disponibles sur l’incidence des furoncles en France". Une étude américaine réalisée à partir de données collectées entre 2005 et 2010 montre que les 2,3 millions d’infections bactériennes de la peau et des tissus mous recensés, incluant notamment les furoncles, les plaies chroniques et les abcès, sont deux fois plus importantes que les infections urinaires et dix fois plus que les pneumopathies. Une autre étude, réalisée en Angleterre cette fois, explique les l’incidence des furoncles et des abcès n’avait pas augmenté significativement entre 1995 et 2010, mais qu’il y avait "plus d’hospitalisations et plus de récurrences pour ce type d’infections."

La formation du furoncle se fait en plusieurs étapes. Apparaît d’abord un bouton rouge, dur et douloureux à la base d’un poil. Dans un second temps, un tissu blanchâtre ou jaunâtre, le pus, s’installe au centre du furoncle : le bouton devient chaud et reste douloureux. Enfin, au dernier stade de son évolution, lorsque le furoncle se perce, le pus s’écoule et le follicule pilo-sébacé s’élimine, laissant une cicatrice en creux sur la peau.

Faut-il percer un furoncle ?

Le conseil du Dr Alain Kalis :

"Il ne faut jamais percer un furoncle, car ce dernier peut être surinfecté par le staphylocoque doré et évoluer vers une complication."

Symptômes : comment savoir si l'on a un furoncle ?

L'évolution d'un furoncle comporte plusieurs stades :

  • Il se manifeste d'abord par l'apparition d'un bouton rouge, dur et sensible mais dépourvu de pus. Il apparaît sur la peau au niveau d’un poil.
  • Il évolue ensuite : sa tête devient blanche car elle contient du pus (on parle de pustule) ; le bouton est chaud et douloureux.
  • Lorsqu'il parvient à maturité le furoncle se perce et le pus s'en écoule. Le follicule pilo-sébacé est détruit. Il laisse alors un cratère rouge sur les tissus cutanés.
  • La cicatrisation intervient au cours des 2 semaines qui suivent. Toutefois le furoncle une fois guéri, laisse une cicatrice "en creux".
 

Furoncle : quelles sont les zones à risques ?

Le furoncle peut apparaître sur tout le corps et notamment au niveau des zones où les poils sont très présents et sujettes aux frottements comme les fesses. On parle alors de furoncle fessier. Les autres zones particulièrement concernées sont :

  • Le visage ;
  • Le dos ;
  • Les épaules ;
  • Les aisselles ;
  • La nuque ;
  • Le pubis ;
  • Les cuisses.

Quels furoncles doivent inquiéter ?

Le conseil du Dr Alain Kalis :

"Un furoncle qui se déclare sur la zone médiane du visage, au niveau des ailes du nez et de la lèvre supérieure, nécessite une vigilance particulière. Il ne doit surtout pas être tripoté ou percé. Le risque est que l’infection se dissémine en profondeur par voie veineuse. Cela peut donner la staphylococcie maligne de la face qui se manifeste par de la fièvre, des frissons et un œdème du visage. Cette complication est cependant assez rare."

Les causes du furoncle

Les poils prennent naissance dans la peau au niveau du follicule pilo-sébacé. Le poil est alors couplé à une glande sébacée, responsable de la sécrétion du sébum. Une bactérie, le staphylocoque doré, peut venir se loger dans ce follicule et provoquer ainsi un gros bouton d’abord rouge puis à tête blanche, synonyme de pus. Il s’agit du furoncle. Généralement, on attribue la responsabilité de l’apparition du furoncle aux frottements répétés des vêtements et à la sécrétion excessive de sébum. Les plus touchés sont les jeunes hommes qui présentent une peau plus grasse. Les personnes traitées par corticoïdes sur le long court ainsi que les personnes obèses sont également plus sujettes aux furoncles. Les furoncles apparaissent sur le visage, les épaules et la nuque.

Photo : le staphylocoque doré est la principale bactérie responsable du furoncle

Photo : le staphylocoque doré est la principale bactérie responsable du furoncle© Creative Commons

Crédit : National Institutes of Health (NIH) © CC/Public Domain - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Neutrophil_MRSA_II.jpg

Facteurs favorisant l'apparition de furoncles

Plusieurs facteurs sont susceptibles de favoriser l’apparition de furoncles :

  • Une mauvaise hygiène (utilisation d’un rasoir sale par exemple) ;
  • Une transpiration importante ou une hypersudation ;
  • La présence d’un foyer bactérien chronique à staphylocoque (au niveau du nez, du périnée, d’une plaie chronique...) ;
  • Le contact avec une personne atteinte d’un furoncle et porteuse de staphylocoques ;
  • Une infection locale (une piqûre de moustique, un bouton d’acné…) ;
  • Un traitement cutané par corticoïdes dans le traitement de l'eczéma ou du psoriasis ;
  • Les frictions cutanées lors de la pratique de certains sports comme le cyclisme ou l’équitation.

Furoncles : quels sont les tissus à éviter ?

Le conseil du Dr Alain Kalis :

"Tout ce qui favorise l’irritation cutanée crée des portes d’entrée pour les bactéries qui sont naturellement présentes sur notre peau comme le staphylocoque doré. Pour limiter les risques, il faut avoir une hygiène irréprochable, protéger les zones qui pourraient macérer, éventuellement appliquer du talc, préférer les matières en coton au synthétique qui favorise la transpiration."

Furoncle : les personnes à risque 

Certaines personnes ont davantage de risques d’avoir un furoncle au moins une fois dans leur vie.

  • Les adolescents et les jeunes adultes, majoritairement de sexe masculin, qui présentent une peau plus grasse et ont des poils au niveau de la barbe;
  • Les personnes diabétiques ;
  • Les malades avec un déficit immunitaire (VIH) ;
  • Les personnes ayant une surcharge pondérale importante ;
  • Les personnes présentant une anémie par carence en fer ;
  • Les patients traités par corticoïdes.

Durée du furoncle

La cicatrisation d’un furoncle simple prend entre "une semaine et dix jours", estime le médecin urgentiste, le temps de la nécrose avec élimination du bourbillon. Dans tous les cas, la guérison laisse une cicatrice en creux, définitive.

Furoncle : comment éviter les cicatrices ?

Le conseil du Dr Alain Kalis :

"Pour éviter de marquer davantage la peau et d’allonger le délai de guérison, il faut éviter de tripoter ou percer les boutons, facteur d’inflammation, et bien nettoyer et bien désinfecter le furoncle."

Le furoncle est-il contagieux ?

Le furoncle est une infection contagieuse qui peut se transmettre à une autre personne si elle entre en contact avec le liquide contaminé par la bactérie (le pus). "Cela peut arriver si vous allez manger chez quelqu’un qui a un furoncle et prépare à manger sans se laver les mains par exemple", illustre le médecin urgentiste. De plus, comme il s’agit d’une infection bactérienne et non d’un virus, une première atteinte n’immunise pas contre la survenue d’autres furoncles.

Photo : furoncle sur un membre

Photo : furoncle sur un membre© Creative Commons

Crédit : Original téléversé par Mahdouch sur Wikipédia français. — Transféré de fr.wikipedia à Commons. © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by/1.0/

Un furoncle peut-il se propager ?

Le conseil du Dr Alain Kalis :

"L’infection peut aussi se propager sur la peau d’une seule et même personne, lorsqu’elle se gratte par exemple. Pour éviter l’autocontamination, une solution peut être de couvrir le furoncle avec un pansement."

Qui, quand consulter en cas de furoncle ?

Consulter un médecin n’est pas toujours indispensable en cas de furoncle. Cela dépend de la zone concernée, des symptômes et de leur durée.

Consulter n’est pas nécessaire :

Si le furoncle est isolé, qu’il n’est pas situé autour d’un orifice (nez, bouche, oreille, anus) et que vous ne souffrez pas d’une maladie chronique, "la première chose à faire est de traiter localement", conseille le Dr Kalis. Désinfecter le furoncle régulièrement et prendre au besoin des médicaments en automédication devraient suffire à supporter la douleur et à l’éliminer en quelques jours. En cas de doute, contactez votre médecin traitant.

Consulter dans les jours à venir :

Si le furoncle grossit rapidement, devient très douloureux ou que le traitement local n’a pas permis la guérison en deux semaines, prenez un rendez-vous chez votre médecin traitant.

Consulter dans la journée :

Si le furoncle apparaît sur une aile du nez, près de la bouche, des oreilles ou de l’anus, mieux vaut le montrer à un médecin généraliste dans les 24 heures, suggère le site de l’Assurance Maladie. Même chose si les furoncles reviennent régulièrement (furonculose) ou s’il se multiplie pour former un agglomérat de furoncles (anthrax). Les personnes diabétiques, immunodéprimés, sous traitement corticoïdes ou qui présentent de la fièvre devront également consulter sans tarder.

Consulter en urgence :

Un ou plusieurs furoncles accompagnés de fièvre et de frissons doivent pousser à contacter rapidement le Samu (15). "La fièvre est le signe que l’infection s’est disséminée au niveau sanguin", explique le Dr Kalis. La réactivité est également de mises si le furoncle se situe sur l’aile du nez et qu’il s’associe à des maux de tête, des troubles de la conscience et/ou des convulsions.

Complications

Les complications du furoncle sont rares et se manifestent surtout chez les personnes présentant un diabète, un déficit immunitaire ou traitées par corticoïdes.

La furonculose :

Elle correspond à des apparitions répétées de furoncles sur plusieurs mois, voire plusieurs années.

L’anthrax :

Le furoncle manipulé peut évoluer vers l’anthrax, un agglomérat de pustules particulièrement douloureux étendu sur une grande zone de peau.

La thrombophlébite du sinus caverneux :

Un furoncle situé sur la partie centrale du visage, au niveau des ailes du nez, non traité et manipulé peut entraîner de graves complications cérébrales.

La septicémie :

Un furoncle non traité peut évoluer vers une septicémie lorsque la bactérie se propage dans le sang.

Examens et diagnostic du furoncle

Le médecin traitant pose le diagnostic de furoncle et prescrit un traitement adapté après avoir examiné le patient. En général, aucun examen complémentaire n’est nécessaire. "En cas de furonculose (furoncles à répétition) ou d’abcès incisé, une analyse biologique peut-être réalisée afin d’identifier la bactérie en cause et prescrire les bons antibiotiques", précise le Dr Kalis.

Traitements du furoncle

Comment soigner un furoncle simple ?

Le furoncle ayant pour origine une infection bactérienne, cela signifie qu’il est également très contagieux. La principale règle reste une hygiène parfaite pour éviter de répandre la bactérie sur des zones saines. Le furoncle reste le plus souvent à un stade bénin, il nécessite surtout une désinfection locale et une protection par un pansement, pour le garder isolé et protéger de la contamination. La guérison survient en quelques jours.  Si aucune amélioration n’est constatée au bout d’une dizaine de jours, il faut alors consulter un médecin qui pourra avoir recours à la prescription d’antibiotiques par voie orale pour favoriser la guérison. 

Comment désinfecter un furoncle ?

Les conseils du Dr Alain Kalis :

"Après s’être lavé les mains avec de l’eau et du savon et avoir nettoyé le furoncle de la même manière, il faut le désinfecter avec un produit antiseptique. On peut éventuellement laisser une compresse imbibée du produit au contact de la lésion quelques minutes, sans frotter, trois fois par jour pour faire murir le furoncle. Ensuite, il peut être protégé avec un pansement. Pour éviter tous risques de contaminer une autre partie du corps ou une autre personne avec le germe, il faut également bien penser à se laver les mains après le soin. Du paracétamol peut être pris en complément en cas de douleurs."

Comment soigner les furoncles multiples ?

Si les furoncles apparaissent fréquemment (furonculose) ou s’étendent sur une grande surface de peau (anthrax), un médecin pourra prescrire des antibiotiques en association d’une hygiène stricte (douche quotidienne avec chlorhexidine). Il pourra également inciser et drainer le furoncle pour favoriser la guérison. 

Un arrêt de travail peut être prescrit si votre profession comporte un contact avec des aliments afin de prévenir la dissémination du germe.

Comment éviter l'apparition d'un furoncle ?

Des mesures simples d’hygiène permettent de limiter le risque d’apparition d’un furoncle :

  • Se laver régulièrement les mains et le corps comprenant un savonnage (de préférence avec un savon surgras) et un rinçage soigneux ;
  • Porter des vêtements et des sous-vêtements personnels, en coton, propres et de préférence amples ;
  • Ne pas partager les serviettes de toilette et les sous-vêtements ;
  • Nettoyer soigneusement les plaies, coupures ou lésions d’eczéma, même de petite taille, et les recouvrir ;
  • Laver le linge qui a été en contact avec un furoncle à haute température et globalement, changez-le fréquemment.

Sites d’informations et associations

Les recommandations de bonnes pratiques de la Haute Autorité de Santé (HAS) dans la prise en charge des infections cutanées bactériennes courantes, 2019 : [consulté le 17 octobre 2019]

Source(s):

Collège des Enseignants de dermatologie de France, 2011 : http://campus.cerimes.fr/dermatologie/poly-dermatologie2.pdf [consulté le 17 octobre 2019]

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.