Mal de dos : 6 causes auxquelles on ne pense pas

Certifié par nos experts médicaux MedisiteVous avez souvent mal au dos, mais ne savez pas vraiment pourquoi ? Sachez qu'il existe plusieurs causes possibles, dont certaines sont totalement méconnues. Explications.
Mal de dos : 6 causes auxquelles on ne pense pas

La lombalgie, souvent appelée mal de dos ou lumbago, est très fréquente : 90 % des Français assurent en souffrir, selon une étude d’OpinionWay. Mais quelle est l’origine de ce  "mal du siècle" ? La réponse, dans notre diaporama. 

Qu'est-ce que le mal de dos ?

Le "mal de dos, aussi appelé "lombalgie", "lumbago" ou "tour de rein", est une douleur, souvent intense, au niveau des vertèbres lombaires, situées en bas du dos. Il est aussi possible de "ressentir un sentiment de blocage ou des difficultés à faire certains mouvements", selon le site Améli.

Dans le milieu médical, on parle de "lombalgie commune".

Par opposition, on trouve les "lombalgies spécifiques", qui sont liées à des maladies sous-jacentes telles qu’une scoliose, la spondylarthrite ankylosante, la fracture d'une vertèbre, une infection localisée à la colonne vertébrale, une tumeur vertébrale…

Généralement, le mal de dos se déclenche sans aucun mouvement spécifique.

On parle souvent de "faux mouvement" mais en réalité, ce sont juste les mouvements ordinaires de la vie quotidienne qui peuvent bloquer le dos.

Ceux-ci peuvent entraîner des lésions des muscles, ligaments et tendons qui assurent le soutien et le fonctionnement de la colonne vertébrale.

Habituellement, le mal de dos se soigne bien, s'il n'y a pas de maladie sous-jacente et s’il est pris en charge à temps.

Dans les premières semaines, il convient de prendre en charge la douleur des lombaires  et d’éviter qu’elle ne s’installe. Pour cela, consultez rapidement un médecin. 

Souvent, le seul traitement, est d'effectuer des exercices spécifiques pour le dos, afin de ne pas le laisser "se rouiller".

Lombalgie : les personnes à risque

Le mal de dos touche certes beaucoup de Français, mais certains sont plus à risque que d'autres. 

Par exemple, ceux âgés souffrent plus souvent de lombalgie car leur dos, moins musclé, a plus de difficultés à maintenir la colonne vertébrale. La densité minérale osseuse des vertèbres diminue également et le cartilage articulaire s’amincit et se fragilise. Ceci explique pourquoi la fréquence des lumbagos augmente progressivement au cours de la vie.

Néanmoins, avec le développement de la sédentarité et de l’inactivité, le mal de dos touche aussi de plus en plus les jeunes. En effet, sans activité, les muscles se relâchent et ne sont pas assez forts pour jouer leur rôle. Des douleurs au niveau des lombaires  surviennent alors.

C'est pourquoi, il est essentiel de soulager la douleur en maintenant ou reprenant rapidement une activité physique, afin d’éviter que la douleur ne s’installe.

"C’est en entretenant son dos, en renforçant ses muscles et la souplesse des ligaments que l’on guérit et qu'on évite les maux de dos chroniques", peut-on lire sur le site Améli.

Autre facteur de risque important : les métiers qui favorisent les mauvaises postures (postures pénibles, station assise prolongée) ou qui entraînent une activité physique trop intense (lorsqu'elle est excessive, déséquilibrée, statique, contrainte par le temps, etc).

Enfin, la monotonie des tâches d'un travail, l'insatisfaction professionnelle, le peu de reconnaissance reçue en échange des efforts fournis... sont susceptibles de favoriser les lumbagos et en particulier leur passage à la chronicité.

Si vous vous sentez concerné par ces facteurs psychosociaux, vous êtes une personne à risque.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.