Elle meurt d'une infection du cerveau après avoir utilisé un pot Jala Neti avec de l'eau du robinet

Une américaine de 69 ans est décédée après avoir utilisé de l'eau du robinet au lieu d'une eau stérile avec son pot Jala Neti pour nettoyer ses sinus. Une bactérie s'est développée dans son cerveau provoquant une infection fatale. 
Adobe Stock

Si vous utilisez une douche nasale appelée aussi Pot Neti attention ! Une américaine de 69 ans est décédée après avoir développé une bactérie qui s'est attaquée à son cerveau parce qu'elle n'avait pas correctement respecté les règles d'hygiène recommandées. Au lieu d'utiliser de l'eau stérile, l'utilisatrice a rempli le dispositif avec de l'eau du robinet pour nettoyer son nez, rapporte la revue scientifique International Journal of Infectious Diseases.

Une bactérie rare mais fatale dans 89%

Ce dispositif sous forme de petite théière consiste à remplir le pot avec de l'eau stérile légèrement salée. On penche ensuite la tête sur le côté, on verse l'eau dans une narine à l'aide du bec verseur et l'eau doit ressortir dans l'autre narine. Ce procédé est censée permettre de nettoyer le nez de particules accumulées dans la muqueuse afin de favoriser la respiration et déboucher les sinus. La règle est stricte : il ne faut utiliser que de l'eau minérale en bouteille ou de l'eau qui a été bouillie avant afin d'éliminer le risque de bactéries. Dans le cas rapporté par la revue scientifique, l'utilisatrice se serait servit d'eau du robinet pour nettoyer son nez pendant au moins un mois suite à une sinusite persistente. Or l'eau du robinet peut contenir des micro organismes appelés amibes. Seules certaines formes d'amibes peuvent provoquer des infections et dans de cas très rares. Dans celui de cette femme, les médecins rapportent il s'agissait d'une Balamuthia, une bactérie qui depuis sa découverte en 1986 a touché seulement 200 personnes dans le monde, mais qui s'est avérée fatale dans 89% des cas. Elle serait très difficile à dagnostiquer car les symptômes peuvent mettre des semaines voire des mois avant de se manifester et son peu connus même des professionnels.

Lorsque les médecins ont détecté la bactérie il était trop tard

La victime a donc commencé à développer une rougeur sur le côté du nez.Même après plusieurs biopsies rien ne paraissait anormal ou dangereux, les dermatologues ont diagnostiqué une "rosacée" . Quelques mois plus tard, la patiente a été transportée à l'hôpital à cause d'une crise d'épilepsie partielle. Les scanners révèlent que quelque chose ne va pas au niveau de son cerveau. Ayant été victime d'un cancer du sein les médecins pensent à une récidive qui aurait métastasée et la renvoie chez elle avec un traitement. Mais la victime est de retour quelques jours après pour une nouvelle crise. Un médecin consultant présent ce jour émet alors l'hypothèse d'une infection à cause d'une amibes. Les médecins de l'hôpital ont immédiatement demandé un traitement, malheureusement il était déjà trop tard. La victime a sombré dans un coma, les saignements à l'intérieur de son cerveau étaient trop forts pour qu'elle puisse être maintenue en vie sans aide. Sa famille a décidé de stopper les soins.

Les médecins ont donc souhaité rapporté ce cas dans la revue médicale afin d'alerter leurs collègues dermatologues qu'une rougeur persistante sur le nez pouvait être un signe d'infection par une amibes et qu'il était important de demander à son patient s'il utilise ou non un pot Neti.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Elle meurt à cause d'une bactérie dans sa douche nasale

Source : Fatal Balamuthia mandrillaris brain infection associated with improper nasal lavage, septembre 2018