Sommaire

Bénin, le malaise vagal peut toutefois rester impressionnant. Il s’agit de la forme la plus courante de syncope, qui est généralement provoqué par la baisse soudaine de la tension artérielle.

Il se traduit par une perte de connaissance qui ne dure pas plus d'une trentaine de secondes. En effet, très vite, le corps se remet en marche grâce à une décharge d'adrénaline : une hormone efficace pour remonter la tension et la fréquence cardiaque.

Le malaise vagal peut être classé en trois catégories :

  • Le malaise sans perte de connaissance : il prend la forme d’une "sensation d'inconfort". La personne aura des vertiges, des difficultés respiratoires, des palpitations, une forme d’angoisse, mais ne s’évanouit pas.
  • Le malaise lipothymique : il peut être considéré comme une syncope avortée. La personne va avoir la sensation qu’elle va perdre connaissance, mais garde tout de même ses esprits. Cette forme de malaise se manifeste par un voile noir devant les yeux, une pâleur, des jambes qui flanchent et éventuellement une petite chute.
  • La syncope : Selon l’HAS (Haute Autorité de Santé), "la syncope est un symptôme défini comme une perte de connaissance, à début rapide, de durée généralement brève, spontanément résolutive, s’accompagnant d’une perte du tonus postural, avec un retour rapide à un état de conscience normal."

"Toutefois, si la perte de connaissance se prolonge et s’accompagne d’arrêt du rythme cardiaque et de la respiration, c’est un arrêt cardiaque", alerte auprès de Medisite le Dr Xavier Ballongue, médecin généraliste chez S.O.S. Médecins Côte Basque.

Pour Emmanuelle, sujette à ces malaises vagaux, "même si cela peut être impressionnant, en principe, ce n’est pas trop grave", indique-t-elle auprès de Medisite. "Il faut rester calme et ne pas paniquer si la personne ne se réveille pas tout de suite."

Malaise vagal : comment reconnaître les symptômes ?

La première fois qu'Emmanuelle a fait un malaise vagal, elle avait 16 ans. "Depuis, j'ai dû en faire cinq ou six en 13 ans. J'ai 29 ans aujourd'hui." Par la suite, la jeune femme a appris à reconnaître les signaux d’alerte. "Pour ma part, je vais avoir une sensation de nausées, des confusions, des maux de tête, une sensation de faiblesse, de mal-être, de la tachycardie et des tremblements", explique-t-elle. "En principe, j'arrive à déceler l'arrivée d'un malaise vagal plusieurs minutes, voire une demi-heure avant sa survenue."

Néanmoins, d’autres symptômes peuvent se manifester avant un malaise vagal. Parmi eux :

  • Une sensation de grande fatigue ;
  • Des bouffées de chaleur, des sueurs ;
  • Des vertiges ;
  • Une vision trouble ;
  • Une pâleur intense ;
  • Des troubles auditifs, des acouphènes ;
  • Des picotements dans les extrémités comme les mains et les pieds ;
  • Des douleurs au niveau du ventre.

Comment expliquer l’apparition de ces malaises ?

À ce jour, Emmanuelle ne connaît pas la cause précise de ses malaises. "Par contre, mon médecin m’a déjà énuméré quelques facteurs qui peuvent les causer" :

  • Lorsqu'on est dans la position debout trop longtemps ;
  • Lorsqu'on est dans la foule ;
  • Lorsqu'il fait trop chaud ;
  • Suite à une émotion négative (énervement, choc émotionnel).

"Pour ma part, être dans une position debout trop longtemps, surtout s'il y a du monde, peut être dangereux," confie-t-elle auprès de Medisite. "Par exemple, je me suis déjà évanouie lors de la remise de diplôme de ma sœur. Nous étions dans un petit espace, dans la foule et debout pendant un certain moment. En plus, il faisait très chaud. C'était horrible."

Emmanuelle raconte également avoir déjà été victime d'un malaise vagal à la suite d’une dispute et d'un choc. "Mais je suppose qu'il y a d'autres facteurs que je ne connais pas. Le dernier malaise s'est déroulé sans aucun de ses critères."

Malaise vagal : la faute au nerf vague ?

En effet, le malaise vagal serait dû à une suractivité du nerf vague, ce qui peut provoquer un ralentissement du rythme cardiaque associé à une chute de la tension artérielle.

Pour rappel, le nerf vague correspond au nerf crânien qui traverse la plus grande partie de l’organisme, du cerveau jusqu’à l’abdomen. "Le nerf vague joue un rôle crucial : il empêche le cœur de battre trop vite et diminue la tension artérielle. Mais en cas d'hyperstimulation (liée à un stress, par exemple), le nerf vague ralentit le rythme cardiaque de façon trop importante", explique auprès de Medisite le Dr Jacques Franzoni, médecin généraliste à Raismes.

"Le cœur a alors moins de force pour envoyer le sang dans tout le corps et, notamment, au cerveau. Privé de sang et d'oxygène, le cerveau se met en mode 'off' pour se protéger. C'est ce qui explique la perte de connaissance caractéristique du malaise vagal."

Comment réagir en cas de malaise vagal ?

Pour réagir en cas de malaise vagal, Emmanuelle révèle auprès de Medisite qu’en premier lieu, elle essaie d’y faire face. "Je sais que c'est inutile, mais j'essaye de lutter et de me convaincre que ça va passer. Mais en principe, ce n'est pas le cas", raconte-t-elle. "Pour moi, le mieux dans ce cas, c’est de ne surtout pas rester seul. Il faut s'asseoir, boire de l'eau, prendre un peu de chocolat et attendre que ça passe. Par exemple, lors de mon dernier malaise, j’ai senti que ça n’allait pas sur le chemin du bureau. J'ai donc fait au plus vite pour arriver et être entourée, car je ne voulais surtout pas m'évanouir dans la rue."

Adoptez les bons réflexes face à un malaise vagal

En premier lieu, il ne faut surtout pas paniquer. "Il faut rester calme et placer la personne en PLS (position latérale de sécurité)", indique la jeune femme. "Parlez-lui, rassurez-la et n’hésitez pas à appeler les secours."

Par ailleurs, il est vivement recommandé d’allonger la victime et de surélever ses jambes. "Ces gestes permettent au sang de remonter plus facilement au cerveau. Puis, lorsqu'elle a repris connaissance, la victime doit manger du sucre ou boire une solution à base d'eau sucrée", note le Dr Franzoni. "Quand on fait un malaise vagal seul chez soi ou dans la rue, par exemple, il faut également avoir le réflexe de lever ses jambes et de prendre du sucre, si possible."

D’ailleurs, si vous êtes sujet à ces malaises, le spécialiste recommande de s'asseoir ou de s'allonger, dès les premiers symptômes. En effet, cela peut permettre d'éviter l'évanouissement. Enfin, s'il s'agit d'un premier malaise, il faut toujours consulter un médecin généraliste ou urgentiste. "Seul ce professionnel de santé peut effectuer des examens pour écarter d'autres causes de perte de connaissance (problèmes cardiaques, neurologiques, diabète...), souvent plus graves", conclut-il.

Sources

Merci au Dr Jacques Franzoni, médecin généraliste

Merci au Dr Xavier Ballongue, médecin généraliste chez S.O.S. Médecins Côte Basque.

Merci à Emmanuelle Jung pour son témoignage

https://www.docvadis.fr/bo/documents/print/result/en-cas-de-malaise-vagal-que-dois-je-faire.pdf?w=56d47a49e4b07f2aa6cb5de9

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.