Chaque saison froide voit son lot de virus saisonnier revenir en masse. Parmi eux, l’infection virale de la grippe qui touche en moyenne 2,5 millions de personnes à travers la France, chaque année. Outre les mécanismes de défense naturellement retrouvés dans l’organisme, différents facteurs environnementaux sont également à considérer dans la question de la résistance aux maladies, virus et infections diverses. Le régime alimentaire fait justement partie de ces facteurs alternatifs. En se penchant sur la capacité des mammifères a justement combattre les infections grippales, des chercheurs de l’Université de Sydney, en Australie, ont fait d’étonnantes découvertes.

Les aliments transformés pointés du doigt

Dans une nouvelle étude, menée sur des souris de laboratoire et parue dans la revue spécialisée Cell Reports, des scientifiques australiens ont établi un lien positif entre une alimentation riche en céréales, plutôt qu’en aliments transformés, et la limitation des symptômes de la grippe. « Bien que les deux aient des densités énergétiques équivalentes en protéines, en glucides et en lipides, les régimes à base de céréales et purifiés comprennent des ingrédients différents, ce qui entraîne des différences qualitatives mineures dans la teneur en macro et micronutriments», ont expliqué les auteurs de l’étude.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont scindé leurs petits participants en deux groupes : le premier composant essentiellement son alimentation decéréales, et le second se nourrissant en majorité d’aliments dits « purifiés » mais qui seraient équivalents aux plats et aliments transformés au sein de l’alimentation humaine. « Les régimes à base de céréales comprennent des ingrédients d'aliments entiers, tandis que les régimes purifiés sont équivalents aux aliments ultra-transformés dans les systèmes alimentaires humains », ont précisé les auteurs de l’étude.

Un risque de mortalité diminué et une meilleure récupération grâce aux céréales

En conclusion, l’espérance de survie et la capacité à lutter contre la grippe des souris ont été plus efficaces et significatives dans le cas d’un régime alimentaire riche en céréales. Infectées de la même manière par le virus grippal, les souris dont l’alimentation était majoritairement composées d’aliments transformés ont éprouvé beaucoup plus de difficultés à surmonter les symptômes de l’infection. En effet, une mortalité supérieure a été observée chez les souris de cette seconde catégorie.

Par ailleurs, les chercheurs ont pu constater une meilleure récupération chez les souris ayant consommé plus de céréales brutes et n’ayant fait l’objet d’aucune transformation. En effet, les souris ayant été nourries aux granulés (donc aux aliments transformés) et ayant survécu à la grippe, n’ont pas été en mesure de récupérer tout le poids qui avait été perdu en raison de l’infection. En comparaison, les souris alimentées aux céréales non-transformées sont parvenues à reprendre leur poids perdu dans les 10 jours qui ont suivi l’infection.

Si de plus amples recherches restent à réaliser, ces conclusions n'ont pas manqué d'appuyer l'intérêt et l'impact de certains régimes alimentaires face aux diverses agressions extérieures. « À ce jour, l'accent a surtout été mis sur le rôle des produits ultra-transformés dans [la survenue] de l'obésité et de maladies cardiométaboliques associées ; notre étude met en lumière comment ces altérations physiologiques régulées par l'alimentation peuvent augmenter la susceptibilité aux maladies infectieuses», ont conclu les auteurs des travaux.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.cell.com/cell-reports/fulltext/S2211-1247(22)01509-1?_returnURL=https%3A%2F%2Flinkinghub.elsevier.com%2Fretrieve%2Fpii%2FS2211124722015091%3Fshowall%3Dtrue

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.