"J’ai été victime d’un AVC et il a changé ma vie"

Publié le 31 Mai 2019 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
A 45 ans, Catherine voit soudain son existence bouleversée par un accident vasculaire cérébral (AVC). Handicap, prise en charge difficile… elle se confie à cœur ouvert sur son calvaire : son quotidien à reconstruire presque seule.
Publicité

© Istock

C'est arrivé brûtalement, sans prévenir et les conséquences ont été dramatiques. Alors qu’elle dînait tranquillement chez sa sœur après son travail, l’impensable s'est produit pour Catherine en septembre 2018.

Un soir d'automne, Catherine est soudainement frappée par un accident vasculaire cérébral (AVC). "J’ai mis du temps à comprendre ce qui se passait. Je me suis écroulée par terre d’un coup, mais je suis restée consciente", confie-t-elle.

Publicité
Publicité

Pourtant, le malaise de Catherine n’avait rien d’anodin. L’AVC est un trouble de la circulation du sang dans le cerveau. Un tel accident peut entraîner un arrêt d’une ou plusieurs fonctions cérébrales.

Les conséquences dépendent ensuite de la partie du cerveau touchée. Elles peuvent aller jusqu’à entraîner la mort subite.

Un AVC dû à une malformation de la carotide

Heureusement, la sœur de Catherine est infirmière et prend vite conscience de la gravité de la situation. "Elle a vu mon visage se paralyser", décrit Catherine qui a été transférée à l’hôpital Saint Joseph (Paris 14e).

Tout s’enchaîne alors très vite. L’équipe médicale n’a que 4 heures pour réagir. Le diagnostic tombe... et il est sans appel : Catherine a été victime d’un AVC dû à une malformation de la carotide, une artère située au niveau du cou.

"Mon AVC est survenu à droite. Miraculeusement, je n'ai eu aucune douleur, aucune paralysie, ni trouble de la parole. Je n’avais aucune séquelle", témoigne la quadragénaire.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X