Sommaire

Ménager son microbiote pour guérir plus vite !

Des probiotiques pour restaurer la flore intestinale

Pour restaurer la flore intestinale mise à mal en cas de gastro-entérite, l'herboriste Michel Pierre conseille dans son livre Les remèdes de A à Z, de prendre des probiotiques.

En outre, certaines études démontrent que ces derniers permettent de traiter les diarrhées d’origine infectieuse (1), la gastro-entérite virale chez l’enfant (2) grâce à la bactérie Lactobacillus (3) et de prévenir la diarrhée du voyageur (ou tourista) chez l’adulte (4).

En pratique : vous pouvez opter pour des bactéries du genre lactobacillus ou des levures (Saccharomyces boulardii). Respectez la posologie. Le traitement peut être pris en traitement ou en cure préventive.

Des aliments fermentés pour protéger son microbiote

Pour celles et ceux qui préfèrent les produits naturels aux pilules miracles : il y a les aliments fermentés ! Yaourt, kéfir, choucroute, kombucha, pickles, pain au levain, miso… Ces aliments sont une arme pour protéger la flore intestinale et prévenir les infections intestinales.

En cas de gastro-entérite, le yaourt peut être indiqué s’il est toléré par le malade. La fermentation réduit la quantité de lactose, ce qui le rend plus digeste (6). Sa richesse en bactérie aide à reconstruire la flore intestinale (7) : il y aurait en moyenne 1,25 milliard de bactéries dans un pot de yaourt de 125 g.

Autre avantage : le yaourt contient beaucoup d’eau, ce qui aide à la réhydratation.

En pratique :

  • En cure préventive : consommer chaque jour au moins 5 aliments fermentés pendant 30 jours.
  • Pendant et/ou après un épisode de gastro-entérite : effectuer une cure de yaourts ou de kéfir pendant 10 jours en consommant 375 grammes par jour (soit l’équivalent de 3 yaourts).

Le Miel de Manuka : un pré-biotique naturel

S’il se vend à prix d’or en magasin bio, c’est que le Miel de Manuka n’a rien à envier aux autres produits de la ruche ! Des travaux démontrent ses puissantes propriétés antimicrobiennes (12) qui aideront votre organisme à éliminer le virus ou la bactérie en cause.

Par ailleurs le miel (comme les autres produits de la ruche) booste l’immunité. Il est aussi un pré-biotique, de par sa teneur en fructo-oligosaccharides : il est ainsi capable de stimuler la croissance des bactéries de notre flore intestinale.

En pratique : u ne à deux c. à café de Miel de Manuka par jour à diluer dans une infusion ou un yaourt.

Un jeûne pour régénérer

Une gastro-entérite vient de vous frapper et impossible d’avaler quoi que ce soit ? Alors ne vous forcez pas ! Un petit jeûne de 6 à 8 h peut aider à purger votre système digestif. Il lui évite un travail supplémentaire alors qu’il est déjà surmené à éliminer les agents pathogènes. En outre, certaines études démontrent que le jeûne a des effets bénéfiques sur l’inflammation des intestins (8) et des effets immunomodulateurs (9). En outre, une toute récente étude vient de démontrer que le jeûne intermittent permettait au microbiote intestinal de se régénérer (15).

En pratique : si l’appétit est absent, faire un jeûne de 8 h. Boire une eau sucrée en cas de baisse de tonus. Lorsque l’appétit revient réintégrer des aliments pauvres en fibres et riches en sucre et en sel progressivement. En revanche, penser à s’hydrater constamment.

Lutter contre la diarrhée

L’eau de riz : un pansement naturel

L’eau de cuisson de riz est un remède de grand-mère pour réduire les signes de la gastro-entérite et notamment les diarrhées. Elle agit comme un plâtre et restaure le calme dans vos intestins. Elle permet une réhydratation efficace et fournit de l’énergie grâce à son amidon.

En pratique : faire bouillir 40 gr de riz pendant 25 min dans une casserole. Mettre le couvercle afin d’éviter l’évaporation. Filtrer l’eau de riz et boire une fois tiède. Ajouter éventuellement un peu de miel et de cannelle. Réserver le riz pour un prochain repas. Prenez un verre matin, midi et soir jusqu’à guérison.

Les carottes pour réparer la muqueuse intestinale

Les carottes sont riches en sels minéraux et permettent de lutter contre leur perte liée aux diarrhées. En outre, la pectine qu’elles contiennent est un gélifiant naturel permettant de limiter les diarrhées. Enfin elles accélèrent la cicatrisation des muqueuses des parois de l’intestin.

En pratique :

  • En jus : si vous avez un extracteur de jus ou une centrifugeuse, cette vilaine gastro est l’occasion de s’en servir ! La réduction en jus facilite l’assimilation des minéraux contenus dans les légumes.
  • Cuites : faire cuire les carottes dans une casserole pendant 30 min. Les réduire éventuellement en purée ou en potage afin de les rendre plus digestes. Éviter les carottes crues.

Le coing pour ralentir le transit

Le coing est un anti-diarrhéique puissant. Les pectines qu’il contient sont des fibres solubles qui absorbent l’eau : en elles deviennent visqueuses au contact de cette dernière et agissent comme un gélifiant. Les tanins du coing ralentissent quant à eux le transit intestinal. Le coing est riche en nutriments et en glucides permettant de vous reprendre quelques forces. Mais il est surtout composé d’eau (83%) et constitue donc un atout pour vous réhydrater.

En pratique : éplucher et retirer les pépins des fruits. Les couper en morceau. Faire cuire les coing 30 minutes au four ou 15 minutes à la vapeur (cocotte-minute). Une fois les fruits cuit, réduire éventuellement en purée/compote. C’est prêt.

L’eau de quinton pour se réhydrater

Les diarrhées nous font perdre une grande quantité de minéraux et d’oligo-éléments. L’eau de quinton hypertonique est une eau de mer très concentrée en minéraux. Elle permet de recharger l’organisme et d’éviter une grande fatigue en fin de gastro-entérite. Elle aide les cellules à lutter contre les microbes selon le biologiste français René Quinton (1866-1925) qui en fit la découverte (14). Ce dernier serait parvenu à soigner des bébés atteints de choléra et de gastro-entérite grâce à cette eau qu’il appelle le « plasma marin ». En effet, selon lui sa composition minérale serait identique à celle du plasma sanguin humain (avec toutefois une plus forte teneur en iode). L’eau de Quinton est disponible en pharmacie ou en magasin bio.

En pratique : prendre 3 à 6 ampoules par jour en dehors des repas afin de faciliter l’absorption des nutriments. La cure se fait tout au long de la période de gastro-entérite et jusqu’à une semaine après.

Adieu maux de ventre et nausées

Le bicarbonate contre les maux de ventre

Le bicarbonate de soude a des vertus alcalinisantes et anti-inflammatoires. Il est efficace contre l’acidité du reflux gastro-œsophagien, mais aussi contre les ballonnements et l’inflammation de la paroi intestinale. Il n’y a aucun danger à en consommer en traitement de la gastro-entérite ou à titre préventif de façon quotidienne.

En pratique : avant le repas, mélanger une cuillère à café de bicarbonate dans un verre d’eau (30 cl). Buvez aussitôt. Vous pouvez aussi consommer des eaux riches en bicarbonate telles que la Vichy Celestin®.

Le thym contre les ballonnements

Ballonnements et flatulences font partie de la longue liste des symptômes de la gastro-entérite. Ils peuvent persister les semaines qui suivent cette dernière. Afin que ces désagréments ne vous empêchent pas de mettre le nez dehors : il y a le thym ! Ce dernier soulage ces troubles digestifs et a une action antibactérienne (11) qui prévient les rechutes.

En pratique : laisser infuser 2 c.à café de thym dans l’eau bouillante. Filtrer avant dégustation. Il existe aussi des infusions de thym en sachet.

L’huile essentielle d’origan contre Escherichia coli

Anti-infectieux et antibiotique naturel, l’huile essentielle d’origan s’impose dans votre trousse à pharmacie de voyage afin d’éviter une vilaine « tourista » ! Elle réduit les diarrhées, les douleurs abdominales et les ballonnements. Certains travaux confirme son efficacité notamment contre la gastro-entérite bactérienne provoquée par E.coli (10).

En pratique : les huiles essentielles étant puissantes, il est préférable d’opter pour les oléocapsules disponibles en pharmacie. Prendre 2 gélules par jour, 3 fois par jour pendant une semaine. Attention ne pas utiliser chez la femmes enceinte ou allaitante et chez l’enfant.

Les inhalations d’huiles essentielles contre les nausées

Les huiles essentielles de menthe poivrée et de lavande sont réputées pour diminuer les nausées si désagréables. L’idéal est de les utiliser en inhalation.

En pratique :

  • Verser quelques gouttes sur un mouchoir et inspirer plusieurs fois par jour.
  • Avec un inhalateur en plastique : faire bouillir l’eau avant de la verser dans l’inhalateur. Verser 6 à 7 gouttes d’huiles essentielles avant d’inspirer et d’expirer dans l’inhalateur en faisant des pauses. L’inhalation dure 10 à 15 minutes.
  • Avec un bol et une serviette : faites bouillir l’eau dans une casserole avant dans la verser dans un bol. Verser 6 à 7 gouttes d’huiles essentielles. Utiliser une serviette afin d’enfermer votre visage au-dessus des vapeurs. Retirer votre visage en cas de sensation de brulure. Inspirer et expirer pendant 10 à 15 minutes en effectuant des pauses.

Les points d’acupuncture pour se soulager partout

L’acupuncture peut vous venir en aide lors d’une gastro-entérite car elle apaise de nombreux symptômes. Il existe des bracelets d’acupuncture contre les nausées mais ces derniers sont plutôt réservés au mal des transports et aux nausées de la grossesse. Vous pouvez toutefois les tester en cas de fortes nausées. Par ailleurs, un point appelé « Zu lan li » ou point E36 soulage les désordres intestinaux et ralentit les diarrhées. Il se situe sur la face externe de la jambe à une largeur de quatre doigts en dessous de la rotule et à une largeur de 1 doigt par rapport au tibia.

En pratique : masser le point chaque jour environ 10 minutes. Continuer ce rituel après la gastro-entérite pour retrouver toute votre énergie. L’idéal est de consulter un acupuncteur pour plus de résultats car d’autres points permettent de retrouver toute sa vitalité. L’ouvrage Acupuncture et gastro-entérite de Bernard Wurstemberger et Philippe Annet (13) peut aussi vous guider à maitriser certains gestes.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

- Les remèdes de A à Z, Michel Pierre, Editions du Chêne, 14 janvier 2015.

- La pharmacie familiale au naturel, Christine Cieur-Tranquard, Edisud, 2009.

- Soigner les petits maux de l'hiver par les plantes, Dr Jacques Labescat, Rustica Editions, 2006.

- 100 réflexes homépathie, Dr Albert-Claude Quemoun, Leduc.S Editions, 2007.

- Guide de poche d'aromathérapie, Danièle Festy, Leduc.S Editions, 2007.

- Mes 15 huiles essentielles, Danièle Festy, Leduc.S Editions, 2006.

(1)  Probiotiques pour le traitement de la diarrhée infectieuse, Allen SJ and al., 2004.

(2)  Les probiotiques dans le traitement et la prévention de la diarrhée infectieuse aiguë chez les nourrissons et les enfants : une revue systématique des essais publiés randomisés, en double aveugle, contrôlés contre placebo, Szajewska H, 2001.

(3)   Thérapie Lactobacillus pour la diarrhée infectieuse aiguë chez les enfants: une méta-analyse, Van Niel CW  and al., 2002.

(4)  Méta-analyse des probiotiques pour la prévention de la diarrhée du voyageur, Mc Farland LV and al., 2007.

(5)  Fermentation alimentaire, Netsanet Shiferaw Terefe., 2016.

(6)  Fermentation, aliments fermentés et intolérance au lactose, Salomon NW and al., 2007

(7)   la réglementation française fixe la quantité minimum à 10 millions de bactéries par gramme dans le yaourt (décret n°88-1203, 30/12/98, art. 2 et suivants).

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.