Jean-Claude Manuguerra

Jean-Claude Manuguerra
Directeur de Recherches à l’Institut Pasteur

Jean-Claude Manuguerra est virologue, directeur de Recherches à l’Institut Pasteur, chef de l’Unité de recherches et d’expertise "Environnement et risques infectieux" et responsable de la Cellule d’Intervention Biologique d’Urgence.

 

Formation

 

  • Quelques années après son stage à l’Institut Pasteur, en 1986, Jean-Claude Manuguerra a enchaîné une thèse de doctorat vétérinaire et une thèse de sciences, puis 2 ans de post-doctorat en Angleterre, dans un laboratoire réputé et historique, où fut découvert le premier virus grippal en 1933.
  • À son retour, il dirige par intérim l’unité du Pr Hannoun, à la retraite, avant que Sylvie van der Werf soit nommée. Il devient alors, à 32 ans, co-directeur du Centre national de référence de la grippe, chargé de la surveillance des virus circulant en France : "un travail difficile et routinier, mais avec la satisfaction d’une utilité immédiate." 
  • Puis l ’OMS lance, en 2000, le “Réseau mondial d’alerte et de réponse aux épidémies*”. Jean-Claude est membre du comité de pilotage, et enchaîne les missions.
  • À Madagascar en 2002 pour la grippe, il est envoyé en 2003 au Vietnam - alors qu’il vient d’être nommé Président de la cellule française de lutte contre la grippe - avec des membres du SAMU : l’épidémie de SRAS flambe à l’Hôpital Français de Hanoï. "Avec ma formation de véto, je n’étais pas habitué à voir des morts humains. J’ai vu des détresses qui n’ont rien de comparable avec ce que je connaissais", dit celui qui, à ses débuts à l’Institut Pasteur, continua par passion à soigner les petits animaux en clinique le samedi.
  • Il se rendra ensuite au Cambodge en 2004 (grippe aviaire), au Sri Lanka début 2005 (tsunami), à Mexico en 2009 (grippe H1N1), découvrant une capitale "complètement vide, magasins fermés, les habitants terrés chez eux."

 

Expériences actuelles

 

  • À Paris, la Cellule d’Intervention Biologique d’Urgence qu’il a mis sur pied depuis 2002, d’astreinte 7j/7 et 24h/24, intervient en cas d’épidémie pour aider à identifier l’agent en cause, et mène des recherches sur la détection des pathogènes ou leur persistance dans l’environnement.