Post-partum : soins, dépression… Comment le surmonter ?

L’accouchement est un véritable bouleversement physique et psychologique pour les jeunes mères. En pratique, la période du post-partum s'étend de la fin de l'accouchement jusqu'au retour de couches , c’est-à-dire les premières règles après la grossesse. Cette période de transition est souvent appelée “quatrième mois de grossesse” , tant les bouleversements physiques et hormonaux sont importants pour les jeunes mamans qui doivent s’adapter à leur nouvelle vie et gérer les conséquences physiques de l’accouchement. 

S’il est fréquent qu'après la naissance de son enfant, les mères soient à fleur de peau en raison des hormones avec parfois des pleurs incontrôlés, il ne faut pas confondre baby blues et véritable dépression post-partum. Le baby blues n’est pas pathologique en soi, mais correspond plutôt à une phase de transition et d’adaptation au nouveau rôle maternel. “Cette période inaugure de grands changements pour la mère, tant sur le plan psychologique que physique”, confie à Medisite le Dr Sébastien Garnero, docteur en psychologie et sexologue clinicien.

Qu’est-ce que la dépression post-partum ?

Parfois néanmoins, cette période perdure au-delà de 15 jours et peut même s’intensifier. En effet, environ 10% des femmes voient succéder au baby blues une véritable dépression maternelle. On la connaît sous le nom de dépression postnatale ou du post-partum. Elle peut apparaître aux alentours du deuxième ou troisième mois , et même jusqu’à six mois après la naissance de l’enfant. À ce sujet, les spécialistes s’accordent à dire qu’il n’existe pas réellement de cause unique à la dépression postnatale, mais plutôt une combinaison de facteurs qui peuvent tous jouer un rôle dans son déclenchement et son maintien. 

Afin d’ accompagner les femmes dans ce moment difficile , Medisite vous livre les conseils du Dr Sébastien Garnero, psychologue clinicien, pour surmonter cette épreuve. Vous trouverez également dans ce dossier les astuces de Myriam Amchikak, naturopathe et herboriste. La spécialiste des plantes vous aidera à surmonter naturellement tous les aléas du physiques du post-partum en vous permettant de choisir les plantes qui accompagneront votre période post-accouchement. Stimulation ou arrêt de la lactation, aide à la cicatrisation ou regain d’énergie, vous pourrez découvrir toutes les meilleures plantes pour le post-partum . Des soins de l’épisiotomie et de la césarienne aux conseils sur la reprise d’une vie sexuelle, Medisite vous livre grâce à ses experts toutes les clés pour vivre au mieux cette période du post-partum.

Épisiotomie : douleurs, toilette… Comment gérer l’après ?

Lors des efforts de poussée durant l’accouchement, il peut parfois être nécessaire de réaliser une épisiotomie . Il s’agit en pratique d’une incision du périnée destinée à agrandir l'orifice vulvaire afin d’éviter les déchirures du périnée. Cette incision peut être douloureuse pour les jeunes mamans dans les jours suivants la naissance de leur bébé. Afin de supporter la douleur, l’équipe médicale de la maternité peut vous proposer de vous prescrire des antalgiques de type paracétamol ou ibuprofène si vous souffrez. “L’acupan peut être proposé aux patientes si le paracétamol ou l’ibuprofène ne suffisent pas à soulger les douleurs”, selon notre experte Laura-Charlotte Bruneau, sage-femme. 

Il est également possible de proposer de soulager les femmes avec une poche de glace. “À plus long terme, c’est-à-dire, après le retour à la maison, si des douleurs persistent, elles peuvent être dues à un point de suture un peu trop serré. La sage-femme qui vous rend visite lors des premiers jours au retour à domicile peut proposer de retirer le point ” explique Laura-Charlotte Bruneau. Cicatrisation, premières selles, reprise de la sexualité… Retrouver dans ce dossier les réponses à toutes vos questions sur “l’après l’épisiotomie”.

Pertes vaginales : que sont les lochies ?

Si c’est une image glamour et attendrissante que nous montrent les réseaux sociaux et les films, les premiers moments d’une jeune maman sont moins idylliques physiquement. Juste après l’accouchement, une mère perd environ 500 ml de sang. Des pertes de sang appelées lochies qui seront de moins en moins abondantes et dont la quantité baissera dès la première semaine suivant l’accouchement. Elles peuvent également changer de couleur et ces saignements peuvent intervenir de façon irrégulière jusqu’à 6 semaines.