Sommaire

Le bore-out, un mal à discerner du burn-out

Le bore-out est bien à dissocier du burn-out dont nous avons beaucoup entendu parler dernièrement. Ce dernier désigne l’épuisement professionnel, résultant d’un stress chronique au travail. Celui-ci se développe progressivement chez les personnes confrontées à des conditions de travail trop intenses. Face à la fatigue et à un sentiment d’échec, les travailleurs redoublent d’effort pour retrouver satisfaction et confiances en elles… jusqu’à l’épuisement.

Bore-out, un mal-être à prendre au sérieux

Le bore-out, quant à lui, est également une pathologie d’origine professionnelle à laquelle se trouve confronté un employé lorsqu’il est désœuvré et qu’il s’ennuie véritablement au travail. L’ennui, le désintérêt, la démotivation évoluent généralement vers une forme de tristesse intense ou d’anxiété. Non pris en charge, ce mal-être peut facilement mener à une dépression. Ce phénomène peut toucher différents types de salariés dès que ceux-ci estiment ne pas être épanouis professionnellement. Selon une étude réalisée en 2019, 63 % des Français actifs se disent victimes de bore-out. Si beaucoup semblent s’ennuyer, bon nombre sont ceux qui le cachent.

Parfois, le bore-out conduit certains Français à envisager une nouvelle orientation, voire une reconversion. La plateforme Zest propose des bilans de compétences et des solutions pour retrouver l'épanouissement au travail.

Les signes du bore-out

Pour bien prendre en charge le bore-out, il est important d’en reconnaître les symptômes. Vous pouvez commencer à penser au bore-out lorsque vous vous ennuyez tous les jours. Ainsi, il n’est plus question d’un "creux" après une grosse mission, mais d’un ennui répétitif et continuel. Vous vous sentez également dévalorisé et commencez donc à remettre en cause toutes vos compétences. Les journées sont longues, vous voyez défiler les heures. Vous faites ainsi votre possible pour partir au plus tôt de votre lieu de travail. Et à l’inverse, y aller vous donne de l’appréhension. Enfin, vous faites toutes vos tâches au ralenti pour les étaler le plus longuement possible sur votre journée.

Des années, voire des mois passés dans cette situation peuvent avoir des conséquences sur la santé. En effet, non traitées les causes du bore-out peuvent se transformer en dépression, en stress continu ou en fatigue chronique. Elles peuvent également entraîner des troubles du sommeil, des angoisses, la boule au ventre avant d’aller au travail… À cela s’ajoutent le manque de motivation et une augmentation du risque de conduites addictives.

Une étude publiée en 2010 révélait que les risques cardiovasculaires étaient 2,5 fois plus élevés chez les personnes en bore-out que chez les autres. Laurence Lemoine, psychologue, précise cependant : "il me semble que les effets du bore-out sont différents selon la cause : si l'on a été placardisé, on se sentira surtout exclu et dévalorisé, l'image de soi est très entamée, on peut avoir étouffé sa colère qui s'est transformée en amertume, on rase les murs, on évite les collègues, on s'isole de plus en plus ; si l'ennui est consécutif à un déclin d'activité, alors il faut faire le deuil d'un secteur, d'un métier, d'une période de sa vie et ce qui domine, c'est la tristesse et la peur de l'avenir. Saura-t-on rebondir ? Vaut-on encore quelque chose sur le marché du travail ? On se sent obsolète et cela entache aussi la vie personnelle (dans les deux cas d'ailleurs)".

Ce sont des conséquences sur la santé mentale à prendre au sérieux avant qu’elles ne s’installent trop confortablement et ne transforment votre vie en cauchemar.

Sources

Merci à Laurence Lemoine, psychologue

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.