Aphte : pourquoi les aphtes sur la langue font si mal

Affections bénignes de la bouche, les aphtes peuvent avoir plusieurs causes et se localiser à différents endroits dans la bouche. Ils peuvent apparaître à l’intérieur des joues, des lèvres et plus généralement sur la langue. Un phénomène très fréquent qui peut pourtant être très douloureux, voire handicapant au quotidien pour s’alimenter ou pour parler.
© Deyan Georgiev - Fotolia.com

Les aphtes sur la langue, des lésions banales

Si les aphtes sont douloureux, c’est parce que ce sont de petites lésions, causées par la rupture de la membrane de la muqueuse buccale à la suite d'une blessure, de l’ingestion d’un aliment favorisant leur apparition (noix, gruyère, fruits secs…), de la prise d’un médicament, de la fatigue, du stress ou encore des changements hormonaux chez la femme. Ces ulcérations ne sont donc pas contagieuses, n’étant dues ni à un quelconque virus ni à des bactéries. On les reconnaît à leur forme, ronde ou ovale, à leur couleur blanche ou jaunâtre et surtout à la douleur particulière qu’ils occasionnent.

Soigner les aphtes sur la langue

Bien qu’ils disparaissent spontanément au bout de quelques jours, voire d'une semaine, les aphtes sur la langue peuvent être traités notamment localement. Bains de bouche, pastilles à faire fondre sur la langue, les remèdes sont divers et variés pour apaiser la douleur. Une fois qu'ils sont apparus, il convient également d’éviter certains aliments, comme le sel ou l’alcool, pouvant accentuer l’ulcération et la sensation de brûlure.

Si les aphtes sont de taille importante – au-delà de 10 millimètres de diamètre –, s’ils apparaissent en grappes ou reviennent de manière récurrente, une consultation médicale peut s’avérer nécessaire afin de recevoir un traitement à base de corticoïdes, d’anti-inflammatoires ou d’antidouleurs.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):