Rappelez-vous, au début de la pandémie, Medisite s’interrogeait sur la possibilité que la Chine ait menti sur le nombre de victimes de la Covid-19. Désormais, nous en avons la preuve, le pays où tout a commencé a bien minimisé l’ampleur de la crise sanitaire en février dernier - volontairement ou pas.

Un lanceur d’alerte anonyme a transmis des documents officiels au média CNN, révélant ce que la Chine savait au début de la pandémie, sans toutefois en informer le reste du monde. Une enquête baptisée les “Wuhan files” par la presse internationale.

Les cas de Covid sous-évalués par les autorités chinoises

Le fameux rapport chinois contient pas moins de 117 pages, et provient du Centre provincial de contrôle et de prévention des maladies du Hubei. On peut y lire l’inscription : “document interne, garder confidentiel”.

Il en ressort clairement que les autorités chinoises ont largement sous-évalué les chiffres de la maladie communiqués au grand public. À titre d’exemple, le document confidentiel révèle qu’il y avait 5 918 nouveaux cas au 10 février dans la province du Hubei, alors qu’à la même date, seulement 2 478 avaient été officiellement annoncés. Entre le début de l’épidémie et le 7 mars, seulement 86 % des cas ont été répertoriés par le gouvernement.

Plus de 23 jours entre l’apparition des symptômes et le diagnostic

Autre révélation : la gestion de l’épidémie en Chine était loin d’être aussi efficace que leurs représentants ne le laissaient entendre, au début de l’année. Ainsi, le temps moyen entre l’apparition des symptômes de Covid-19 et le diagnostic médical était de 23,3 jours en mars.

Le système de tests n’était donc pas aussi bon que ce que le pays affirmait. D’après un audit interne réalisé en octobre 2019, les hôpitaux étaient également sous-équipés et manquaient de personnel.

En cause, la quantité insuffisante de moyens financiers alloués système de santé de la province du Hubei, avant que la crise ne devienne internationale. Mais aussi la bureaucratie et la rigidité des procédures, à l’origine de lenteurs.

Des incohérences dans le discours officiel chinois

Toutes ces découvertes contrastent avec les déclarations du président chinois Xi Jinping et de son gouvernement, tout au long de la pandémie. Ils avaient notamment rejeté formellement les accusations formulées par les gouvernements occidentaux, selon lesquelles ils auraient délibérément caché des informations relatives au virus. Mais aussi vanté leur gestion de la crise sanitaire et leur transparence.

Bien que les documents ne fournissent aucune preuve d'une tentative délibérée de dissimuler des données, ils révèlent en tout cas de nombreuses incohérences entre ce que l’État chinois savait et ce qui a été révélé au public.

CNN a contacté le ministère chinois des Affaires étrangères et la Commission nationale de la santé, ainsi que la Commission de la santé du Hubei, qui supervise le CDC provincial, pour commenter les conclusions divulguées dans les documents, mais n'a reçu aucune réponse.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

Sources

The Wuhan files - Leaked documents reveal China's mishandling of the early stages of Covid-19, CNN, 1 décembre 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.