La pandémie actuelle n'est pas "invincible". Plusieurs mesures sanitaires permettent au quotidien de la combattre, comme.... le masque. Selon des travaux publiés dans la revue "Physics of Fluids", ce simple accessoire pourrait tous nous sauver et éradiquer le virus. Explications.

Masque faciaux : ils pourraient éradiquer le coronavirus

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont évalué différentes études portant sur les masques faciaux et ont examiné de nombreux rapports épidémiologiques.

Leur objectif ? Savoir si les masques réduisent bel et bien le nombre de personnes auxquelles une personne infectée transmet le pathogène (soit le taux de reproduction du virus).

"Les masques faciaux, tels que les masques chirurgicaux ayant une efficacité estimée à environ 70%, pourraient conduire à l'éradication de la pandémie si au moins 70% des personnes utilisaient ces masques en public de manière cohérente", expliquent les scientifiques.

Sanjay Kumar, de l'Université nationale de Singapour, précise également que "même les masques en tissu, moins efficaces, pourraient également ralentir la propagation du virus s'ils sont portés régulièrement".

Mais attention : le type de matériau utilisé et la durée d'utilisation du masque jouent un rôle clé dans leur efficacité.

Selon les scientifiques, un autre aspect clé de la fonction du masque facial concerne la taille des gouttelettes de liquide expulsées du nez et de la bouche lorsqu'une personne parle, chante, éternue, tousse ou même respire.

D'après les experts, les gouttelettes plus grosses - avec une taille d'environ 5 à 10 microns - sont les plus courantes, ajoutant que les petites gouttelettes inférieures à 5 microns sont peut-être plus dangereuses.

Le masque le plus efficace est le masque N95

Parmi les nombreux types de masques faciaux disponibles sur le marché, les scientifiques ont déclaré que seul le masque N95 pouvait filtrer les gouttelettes de la taille d'un aérosol.

Pour rappel, le niveau d'efficacité de filtration du masque N95 est de 95 % ou plus contre les particules aérogènes avec des particules de 0,3 microns. Le N95 résiste aux fluides, il est jetable et c'est celui qui est utilisé par les médecins, infirmières et chirurgiens en milieu hospitalier.

D'après les chercheurs, les masques faciaux faits de matériaux polymères hybrides pourraient en effet filtrer efficacement les particules tout en refroidissant simultanément le visage (les fibres utilisées dans ceux-ci permettent à la chaleur de s'échapper du dessous du masque).

Cependant, de nombreuses données liées aux masques manquent encore aujourd'hui, comme le rappelle Heow Pueh Lee :

"Il pourrait y avoir une relation entre la résistance respiratoire et la résistance à l'écoulement de l'air du masque facial qui devra être étudiée", a déclaré Heow Pueh Lee, un autre co-auteur de l'étude.

"En outre, les conditions environnementales (...) du masque facial devront être quantifiées plus précisément à l'aide de capteurs miniaturisés et du développement de répliques humaines pour de telles études", a ajouté Lee.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.