Masque en tissu : 8 erreurs à ne pas faire au lavage !

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLe port du masque est désormais obligatoire dans les lieux publics, et les Français ont dû s’équiper. Le masque en tissu présente l’avantage d’être lavable et réutilisable jusqu’à 30 fois, selon les modèles. Certaines erreurs doivent cependant être évitées, pour bien l’entretenir et garantir son efficacité.
Masque en tissu : 8 erreurs a ne pas faire au lavage !

Le port du masque est désormais obligatoire dans les lieux publics comme les rues, les transports en commun et de nombreux magasins. Pas le choix, les Français ont donc dû s’équiper, et devront continuer à le faire dans les prochaines semaines.

Les masques en tissu : lavables entre 5 et 30 fois

Si certains s’en tiennent pour l’instant aux masques à usage unique, une majorité de personnes a jeté son dévolu sur les masques en tissu. Ces derniers sont, en effet, plus faciles à trouver depuis quelques semaines, et peuvent être confectionnés à la maison grâce aux patrons disponibles sur Internet - notamment celui fourni par l’Association française de normalisation (Afnor).

Cette solution est aussi plus économique, puisque les masques en tissu peuvent être lavés et réutilisés entre 5 et 30 fois. Parmi eux, les masques homologués - contrôlés par la Direction générale de l’armement (DGA) et l’Institut français du textile et de l’habillement (IFTH) - sont facilement reconnaissables, grâce à l’apposition d’un macaron, qui porte la mention “filtration garantie” et indique le nombre de lavages maximal auxquels ils résistent.

Pourquoi le nombre de lavages des masques est limité ?

Toutefois, de nombreuses personnes ont affiché leur déception en recevant leur premier masque en tissu. Elles qui pensaient pouvoir utiliser cet objet pendant toute la durée de l’épidémie ont vite réalisé, en lisant la notice du masque ou le fameux logo sur l’emballage, qu’il fallait le jeter au bout d’un certain nombre de lavages. Mais savez-vous pourquoi ?

Interrogé par France 3 Normandie, le spécialiste du textile, Jean-Luc Hyver, explique : "Il faut savoir que ce n'est pas un problème de filtration, mais de fibres qui se resserrent au point que votre tissu n'est plus imperméable, au bout d'un certain nombre de lavages. Il ne laisse plus passer l'air. Vous respirez alors votre gaz carbonique. C'est comme une voiture qui tourne dans le garage la porte fermée ! ".

La fibre se resserre et vous risquez d’étouffer

Après 5, 10, 20 ou 30 lavages, le masque ne perd donc pas son efficacité, en termes de filtration des gouttelettes de salive. En revanche, ses fibres deviennent tellement serrées qu’il ne vous est plus possible de respirer correctement en le portant. Autrement dit, vous risquez de suffoquer en seulement quelques minutes, et d’arracher votre masque de votre visage d’un coup - sans forcément respecter les précautions d’usage, à savoir, ne pas toucher sa face externe.

D’où l’intérêt de choisir des masques homologués, dont la résistance à un plus grand nombre de lavages a été prouvée. Même si les masques maisons, découpés dans un vieux tee-shirt, sont mieux que rien, ils risquent de ne résister qu’à deux ou trois passages en machine avant d’être bons à jeter.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Faut-il vraiment jeter son masque en tissu après 5 ou 10 lavages et pourquoi, France 3 Normandie, 28 avril 2020. 

FAQ "Masques barrières", Afnor, mise à jour le 5 mai 2020. 

Avis précisant le protocole de traitement des masques en tissu, révisé le 21 avril 2020, ANSM

Désinfection des masques, UFC-Que Choisir, 28 avril 2020.