Sommaire

Le bilan continue de s’alourdir. La France fait face à une résurgence du Covid-19 extrêmement inquiétante. Selon les chiffres de Santé publique France datant du 23 août 2020, on compte 4 897 nouveaux cas en seulement 24 heures. Un nombre aussi élevé de contaminés est inédit depuis le début du déconfinement. De jour en jour, les foyers épidémiques se multiplient aux quatre coins du pays, si bien que presque quarante départements sont considérés comme “vulnérables”.

Covid-19 : le virus a-t-il muté ?

En ce sens, l’exécutif multiplie les mesures visant à endiguer la propagation du virus. Le port du masque se démocratise dans l’Hexagone et continuera sa généralisation à la rentrée : imposé dans les écoles, dans les entreprises… Tout cela en plus de son caractère déjà obligatoire dans les transports en commun, les espaces publics clos et nombre de rues piétonnes et centres-villes.

Malgré les rappels à l’ordre du gouvernement, on continue d’observer un relâchement en ce qui concerne les gestes barrière. Pourtant nécessaires, ils sont souvent délaissés au profit de fêtes entre amis, réunions de famille, vacances au bord de la mer et autres évènements : mariages, anniversaires… Toutefois, le nombre d’hospitalisations et de décès reste bas, si on le remet en perspective avec le nombre de cas.

Un nombre d’hospitalisations liées au coronavirus plutôt stable

À ce jour, plus de 4 700 personnes sont hospitalisées dont près de 400 en réanimation. Depuis le début de l’épidémie, 30 513 personnes sont mortes des suites du Covid-19 dont une dans les dernières 24 heures. Ces chiffres, bien que tristes, sont encore loins de ceux que le pays a pu connaître au printemps 2020, quand les hôpitaux étaient surchargés et que les morgues accumulaient plusieurs centaines de morts chaque jour. Pourquoi les Français meurent-ils moins du coronavirus, alors même qu’ils sont de plus en plus touchés ?

La dissonance entre le nombre de cas détectés et le nombre d’hospitalisations a mené certains scientifiques à se demander si le virus avait évolué en une forme moins dangereuse, moins virulente. Interrogé par France 24, le microbiologiste Patrick Berche se questionne : "Au cours des épidémies, les virus ont tendance à perdre de leur virulence. Est-on dans ce cas-là ? Ce serait une bonne nouvelle”.

Le virus est-il moins dangereux qu’avant ?

Deux cas de figure sont alors explorés par l’ancien directeur de l'Institut Pasteur de Lille. “Soit le nombre de contaminés concerne surtout des personnes entre 20 et 60 ans et les personnes à risques se protègent davantage", suppose-t-il d’abord. “Soit le virus perd de sa virulence. Un mutant, le D614G, circulerait en Europe et aux États-Unis et serait moins virulent et plus contagieux. Il prédominerait actuellement sur les autres souches de coronavirus”, indique le spécialiste.

Toutefois, cette seconde hypothèse est un peu fragile. Selon Le Monde, l’étude en question a été publiée sur Cell le 2 juillet 2020. Ce “nouveau” virus, détecté en Malaisie, “ne l’était en effet que dans ce pays”, souligne le quotidien. Olivier Gascuel, bio-informaticien du CNRS à l’Institut Pasteur à Paris, confirme : “Le consortium Gisaid, qui centralise plus de 80 000 séquences rappelle qu’aucune mutation repérée n’est ‘connue pour sa gravité’. Après six mois d’évolution, les séquences actuelles sont séparées de 25 mutations au plus des séquences initiales de fin 2019”, explique-t-il. Cela signifie que le virus évolue peu, et ne développe, à priori, pas de version plus bénigne que celle que l'on connaît.

Sources

Santé publique France, 23 août 2020

France 24, 22 août 2020

Le Monde, mis à jour le 23 août 2020

Journal du Dimanche, mis à jour le 23 août 2020

FranceInfo, mis à jour le 24 août 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.