Eaux usees : une etude predit dans quelles villes la Covid-19 va accelerer

C'est un constat qui avait été fait au début de la pandémie : à chacun de ses passages aux toilettes, une personne infectée par le Sars-cov-2 fera passer par ses selles des traces de virus, qui vont se retrouver dans les eaux usées. En mesurant les concentrations de génome viral dans les stations d'épuration, on pourrait donc anticiper la dynamique de l'épidémie.

C'est en tout cas la théorie des chercheurs d'Obépine. En exclusivité pour nos confrères de l'Express, ces derniers ont tenté de prédire l'évolution du nombre de malades dans les différentes zones de l'Héxagone. "A la fin du mois de juin, la surveillance des eaux usées en Ile-de-France a fourni le premier signal de ce qui allait devenir la deuxième vague", souligne le Pr Vincent Maréchal, virologue à Sorbonne-Université et cofondateur du programme. Et en novembre, c'est encore une fois des égouts d'Ile-de-France que le premier signal encourageant est venu, après la mise en place du couvre-feu".

En analysant les prélèvements effectués dans les égouts de différentes régions en France, le réseau Obépine a mis à disposition une carte dévoilant les villes où la circulation de la Covid-19 est la plus importante, celle où il est susceptible de s'accélérer, et enfin, les villes où la situation s'améliore. Aperçu dans notre diaporama.

"C'est inquiétant, car cela signifie que les hôpitaux vont continuer à se remplir"

"Nous avons donc bâti un réseau de stations d'épuration partenaire, réparties sur tout le territoire, qui commencent à présent à nous remonter les résultats de leurs prélèvements", partage le Pr Yvon Maday, mathématicien et professeur à Sorbonne-Université, co-fondateur d'Obépine. 

"Ce type de dispositif pourrait être utilisable plus largement pour la gestion de la santé publique en s'étendant à d'autres maladies infectieuses, comme les gastro-entérites, ou au suivi des bactéries résistantes et de la consommation de drogues", expliquait également à L'Express Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. 

Pour revenir à la Covid-19, Obépine a identifié les territoires où les quantités de génomes viraux retrouvés se maintiennent à un niveau élevé. Leurs chiffres sont disponible, en open-data (données ouvertes) sur leur site depuis le 25 janvier. "C'est inquiétant, car cela signifie que les hôpitaux vont continuer à se remplir, analyse le Pr Maréchal. Une tension qui pourrait encore s'accroître avec l'émergence de nouveaux variants".

Dans certaines villes françaises, les concentrations en virus ont recommencé à s'inscrire à la hausse dans les derniers prélèvements. En outre, dans d'autres communes, la situation semble s'améliorer. Faites défiler notre diaporama pour en savoir plus.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.