Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

Parmi les personnes considérées à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2, le Haut Comité de Santé Publique cite notamment “les malades atteints de cancer, sous traitement”. Selon l’Institut national du cancer (INCa), “le risque de complications respiratoires et d'hospitalisation chez les patients atteints de cancer est 4 à 5 fois plus important que celui de la population générale”.

Les traitements du cancer affaiblissent le système immunitaire

En effet, les traitements du cancer, et en particulier la chimiothérapie, entraînent une immunodépression du patient. "La chimiothérapie entraine des cytopénies, en particulier une diminution des globules blancs", explique le Professeur Ali Turhan, Chef du Service d’Hématologie Bicêtre et membre de l’association Vaincre le Cancer. Affaibli, son système immunitaire ne peut plus combattre efficacement le virus, ce qui l'expose à davantage de complications. 

La Ligue contre le cancer rappelle toutefois qu’il ne faut pas interrompre ses soins sans l’avis préalable de son médecin. “S’ils se déroulent à domicile, restreignez sorties et visites. Sinon, l’équipe en charge de votre traitement fera les prescriptions adaptées pour votre transport et traitement au centre de soins”.

Même après les traitements, l’immunité reste fragile

De son côté, l’INCa précise que “même après la fin des traitements du cancer et même en cas de rémission voire de guérison avérée du cancer, l’immunité peut rester fragile un certain temps, et quelquefois à vie. Il est donc nécessaire de rester très vigilant”.

Néanmoins, si vous êtes actuellement en rémission, vos risques se rapprochent davantage de ceux encourus par la population générale. Le respect strict des gestes barrières et des consignes sanitaires, comme le confinement, doivent normalement suffire à vous protéger. Ces gestes doivent aussi être adoptés scrupuleusement par votre entourage. Dans ce diaporama, nous revenons notamment sur les mesures qui vous protègent.

Si vos soins de supports se déroulent au sein d’un foyer épidémique actif, “une interruption temporaire” peut être préférable, mais parlez-en à votre médecin en amont. "Il existe des situations où le traitement peut-être administré à dose réduiteretardée s’il s’agit par exemple, d’un traitement dit "d’entretien". Dans ce cas, votre médecin vous indiquera la suppression d’une séquence mensuelle particulière", indique le Pr Turhan. Dans d'autres cas cependant (en cas de leucémie aiguë, par exemple) retarder le traitement n'est pas possible

Cancer et Covid-19 : des signes plus difficiles à détecter

Outre l’augmentation du risque d’infection grave, le cancer et son traitement peuvent aussi rendre les symptômes plus compliqués à détecter. S’ils sont les mêmes que ceux observés dans le reste de la population, ils peuvent être plus faibles, d’où l’importance d’y être attentif. Des formes plus graves d'emblée ont également été identifiées chez des patients atteints de cancer, néanmoins, on ignore actuellement "si les formes graves sont plus fréquentes chez les patients atteints de cancer", précise le Pr Turhan. 

L'hématologue cite néanmoins une étude chinoise, publiée dans Annals of Oncology, "qui a montré dans une petite série de patients atteints de cancers de plusieurs types, que l’infection par Covid-19 était plus fréquente et plus sévère chez les patients atteints d'un cancer du poumon". Les chercheurs ont aussi montré "que le risque de complication grave par Covid-19 était plus implorant si la dernière chimiothérapie datait de moins de 14 jours".

Si vous présentez des signes caractéristiques du Covid-19 (fièvre, toux, essoufflement, fatigue…), contactez votre médecin traitant. En cas de malaise ou de difficultés respiratoires, appelez le 15, en précisant dans quel hôpital vous suivez (ou avez suivi) votre traitement contre le cancer. En revanche, évitez de vous rendre directement à l’hôpital.

Comment protéger un proche atteint de cancer ?

L’un de vos proches est atteint d’un cancer ? Si vous ne vivez pas avec lui, évitez de lui rendre visite et privilégiez la communication via téléphone ou Internet. Mais s’il vit seul, contactez-le régulièrement pour vérifier qu’il va bien, et invitez-le à se signaler auprès de la mairie ou de son médecin traitant.

Si vous vivez sous le même toit, respectez scrupuleusement les gestes barrières. Lavez-vous les mains toutes les heures, toussez dans votre coude, utilisez des mouchoirs à usage unique et limitez les contacts. En cas de signes du Covid-19 ou de contact avec un malade, isolez-vous et évitez tout contact avec votre proche qui souffre d’un cancer. Utilisez des affaires distinctes et nettoyez-les régulièrement.

Pourquoi les patients atteints d’un cancer sont plus à risque de complications ?

1/7
Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

Les personnes atteintes d’un cancer présentent un risque de complications respiratoires et d'hospitalisation 4 à 5 fois plus important que celui de la population générale. Le cancer et ses traitements, en particulier la chimiothérapie, entraînent une immunodépression du patient - autrement dit, un affaiblissement de son système immunitaire. Ce dernier est donc moins efficace pour combattre le coronavirus. 

"Les patients sous traitement ont des défenses immunitaires réduites surtout s’ils ont reçu une chimiothérapie qui entraine des cytopénies, en particulier une diminution de leurs globules blancs", précise le Professeur Ali Turhan, Chef du Service d’Hématologie Bicêtre.

"Par ailleurs, on sait par des travaux très récents des équipes chinoises que l’infection par le COVID-19 entraine une diminution majeure des taux de lymphocytes, qui sont des cellules assurant la fabrication des anticorps et l’élimination directe des virus. Dans ces conditions, une baisse supplémentaire des défenses immunitaires liée aux thérapies anticancéreuses augmenterait, bien sûr, le risque de développement d’une forme grave de cette infection". 

Pour le professeur, "cela explique la nécessité d’une prise en charge spécifique des patients en cours de traitement pour un cancer et atteints de COVID-19, de manière à adapter leurs traitements en cours et à planifier leurs traitements à venir".

Les personnes qui ne sont plus sous traitement sont-elles aussi à risque ?

2/7
Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

L’immunodépression est plus importante chez les patients sous traitements, et particulièrement en cas de chimiothérapie. Toutefois, cet affaiblissement du système immunitaire peut perdurer quelque temps après l’arrêt du traitement - parfois même toute la vie. Les personnes en rémission ou guéries doivent donc se montrer prudentes.  

S'il convient que "les patients qui ont eu un traitement notamment par une chimiothérapie classique, peuvent présenter une certaine fragilité nécessitant une vigilance", le Pr Turhan précise que "si le traitement est à une distance importante de l’épidémie actuelle, ils ne sont pas plus à risque que la population générale. Il faut bien entendu qu’ils respectent les mêmes règles d‘hygiène que la population".

Comment se protéger contre le Covid-19 en cas de cancer ?

3/7
Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

L’Institut national du cancer recommande de bien suivre les gestes barrières, préconisés pour toute la population. À savoir : se laver les mains très régulièrement ; tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir ; saluer sans se serrer la main, ne pas embrasser ; utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter ; éviter tout rassemblement, limiter les déplacements et les contacts.

L’entourage du patient doit se laver les mains toutes les heures et, en cas d’apparition de symptômes, porter un masque et s’isoler. 

Outre le respect des gestes barrières, l'hématologue Ali Turhan ajoute qu'il "est recommandé de porter de masques lors des déplacements". Il précise que "pour limiter les déplacements en milieu hospitalier, nous réalisons actuellement des téléconsultations qui permettent de suivre les patients et les traitements à domicile. Les vaccins doivent continuer à être réalisés, notamment contre le pneumocoque". 

Peut-on continuer à suivre son traitement ou un essai clinique ?

4/7
Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

Pour limiter toute contamination, un patient atteint d’un cancer doit rester le plus possible  son domicile. D’autant plus que les hôpitaux sont des lieux susceptibles d’accueillir des patients porteurs du virus. Toutefois, aucun traitement ne doit être arrêté de votre propre initiative, il est indispensable d’en discuter avec son médecin traitant ou oncologue. 

Dans certains cas, le traitement intraveineux peut être réalisé en hospitalisation à domicile, ou remplacé par un traitement oral. Dans d’autres, il ne peut être substitué ni reporté, auquel cas il faut se rendre à l’hôpital. L’établissement met alors en place une organisation particulière, pour éviter toute exposition du patient au virus. Il est préférable de contacter son oncologue avant de vous déplacer. 

Le Pr Turhan explique aussi qu'il "existe des situations où le traitement peut-être administré à dose réduite où retardée : s’il s’agit, par exemple, d’un traitement dit d’entretien, réalisé tous, les mois ou tous les 2 mois. Dans ce cas, votre médecin vous indiquera la suppression d’une séquence mensuelle particulière". En ce qui concerne les traitements utilisant des thérapies ciblées, qui en principe n’entrainent pas de cytopénies, "ceux-ci sont poursuivis à doses habituelle sans interruption. Par exemple en Hématologie, des thérapies comme Imatinib, Dasatinib, Jakavi.. sont poursuivies tout en réalisant la surveillance habituelle".

"Pour certains types de cancers qui nécessitent une prise en charge pluridisciplinaire (notamment par chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie), les cas sont discutés et selon les séquences de thérapies", ajoute l'expert. "Enfin, les thérapies lourdes, notamment en Hématologie, comprenant les greffes de moelle ou l’utilisation des thérapies par lymphocytes « armés » CAR-T, doivent bien entendu être retardées". 

Cependant le traitement de certaines affections aiguës, comme celui des leucémies aiguës, doit bien entendu être poursuivi. 

En cas de participation à un essai clinique, il convient de contacter les professionnels de santé en charge de cet essai, et de ne pas interrompre le traitement sans leur avis. "Les décisions sont prises cas par cas", précise l'hématologue.

Doit-on arrêter de prendre certains médicaments ?

5/7
Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

Certains malades de cancer prennent des anti-inflammatoires non-stéroïdiens ou des corticoïdes, pour soulager les conséquences du cancer ou les effets indésirables de son traitement. Or, il a été démontré que ces médicaments aggravent l’infection à coronavirus. 

Toutefois, il est recommandé de ne pas interrompre son traitement sans avis médical (médecin traitant, oncologue ou hématologue). En l’absence de symptômes du Covid-19, ce dernier peut conseiller au patient de poursuivre ses soins. En cas de symptômes, il est préférable de les substituer par du paracétamol, sans dépasser la dose de 60 mg/kg/jour. 

"L’aspirine à forte dose étant un anti-inflammatoire, elle n'est pas recommandée. Mais l’aspirine (ou kardegic) à faible dose, souvent prescrite en hématologie ou en cardiologie, peut être poursuivie", complète le Pr Turhan. 

Les symptômes du Covid-19 sont-ils différents en cas de cancer ?

6/7
Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

“Les principaux symptômes du COVID-19 en cas de cancer sont en général les mêmes que ceux de la population générale, à savoir fièvre ou sensation de fièvre, fatigue anormale, difficultés pour respirer (essoufflement) ou de la toux”, indique l’INCa. 

Néanmoins, ces signes peuvent être ressentis plus faiblement, et donc plus difficiles à détecter. Il faut donc être particulièrement attentif, et rapporter à son médecin tout symptôme inhabituel. "Il semble exister, d'une part, des formes cliniques légères, avec une fièvre et toux rapidement régressives (la grande majorité)", confirme le Pr Turhan. "Et d’autre part, des formes plus graves d’emblée ; ces dernières nécessitent bien entendu une prise en charge en urgence, comme pour tous les patients". On ne sait pas, actuellement, si les formes graves sont plus fréquentes chez les patients atteints de cancer. 

En cas de signes d’infection au Covid-19, il est recommandé de contacter son médecin traitant, qui pourra proposer une téléconsultation au patient. En cas de malaise ou de difficultés respiratoires, il faut appeler le 15, en précisant être également atteint de cancer et quel est son hôpital de suivi. "En cas de détection du Covid-19, il faut prendre contact avec l’oncologue ou l’hématologue qui suit le patient pour une prise en charge adaptée", ajoute le spécialiste. 

Comment continuer la pratique d'activité physique adaptée pendant le confinement ?

7/7
Coronavirus : ce qu’il faut absolument savoir si vous avez un cancer

L’activité physique adaptée (APA) fait partie des soins oncologiques de support, “qui contribuent au maintien de l’état de santé général et à la prévention des séquelles après un cancer”, indique l’INCa. 

Un patient qui s’est vu prescrire la pratique d’APA ne doit donc pas l’interrompre. Il est d’ailleurs tout à fait possible de continuer cette activité tout en respectant les consignes du confinement. En extérieur, la pratique individuelle d’activité physique est autorisée dans la limite d’une heure et d’un kilomètre autour de son domicile. Il faut alors se munir d’une attestation de déplacement dérogatoire. En outre, de nombreux exercices physiques sont tout à fait réalisables en intérieur, où ils ne font l’objet d’aucune restriction. 

"La pratique d’une activité physique est tout à fait recommandée tant que cela est possible pendant la période de confinement", précise le Pr Turhan. 

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Coronavirus Covid-19, Les réponses à vos questions, Institut National du Cancer, mis à jour le 23 mars 2020. 

Forum Coronavirus COVID-19 et cancer, La Ligue contre le cancer, 23 mars 2020. 

Coronavirus : qui sont les personnes fragiles ?, Ministère des Solidarités et de la Santé, 13 mars 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer