Confinement : faut-il prendre une douche tous les jours ?

Seuls trois Français sur quatre “procèdent à une toilette complète tous les jours”, selon un récent sondage. Mais ces personnes sont-elles “sales” ou ont-elles, au contraire, raison ? On fait le point.
young beauty enjoying under showerIstock

Tandis que certains Français redoublent de précaution en matière d’hygiène, par peur de contracter le coronavirus, d’autres profitent du confinement pour lever un peu le pied sur la fréquence des douches. Mais qu’en est-il le reste du temps ?

Trois Français sur quatre se lavent tous les jours

Selon une enquête Ifop, relayée par Le Parisien le 26 février dernier, seuls trois Français sur quatre “procèdent à une toilette complète tous les jours”. Un chiffre qui s’élève à 81 % chez les femmes, mais qui descend à 71 % pour la gent masculine. Quant à la fréquence à laquelle nous changeons de sous-vêtements, la différence entre les sexes est encore plus flagrante. Tandis que la quasi-totalité des femmes (94 %) change de culotte tous les jours, les hommes ne sont que 73 % à le faire.

Du côté du lavage des mains, indispensable en cette période d’épidémie, les Français ne sont pas toujours bons élèves. Seulement 71 % des personnes interrogées se lavent les mains après être allés aux toilettes, et 49 % avant de passer à table ! Espérons que la répétition constante des gestes barrières pour contrer le Covid-19 auront fait évoluer ces chiffres…

Quelle est la bonne fréquence pour se laver ?

Mais si un lavage fréquent des mains est important, aussi bien en période d’épidémie qu’en temps normal, qu’en est-il de la douche ? Pour le Dr Nina Roos, dermatologue interrogée par Medisite en 2015, d’un point de vue purement physiologique, il n’est pas nécessaire de se laver tous les jours. “Ce n'est pas vital ou obligatoire en ce qui concerne le risque infectieux”.

En revanche, “sur le plan social, il est inadmissible de se présenter avec des odeurs corporelles et des auréoles sur les vêtements”, précise l’experte. Elle conseille donc de se laver une fois par jour, pour éviter de sentir mauvais, “mais en limitant le savonnage aux zones qui en ont vraiment besoin : les pieds, les mains, le visage, l'entrejambe et les aisselles”.

Quel produit nettoyant utiliser ?

Quant au savon ou gel douche à utiliser, la dermatologue recommande d’opter pour un produit nettoyant surgras, qui préserve le film hydrolipidique de la peau, et contribue à la bonne hydratation de cette dernière. À l’inverse, il faut éviter les produits trop agressifs “parce qu'ils vont dissoudre les graisses de la peau”, ce qui peut la faire peler et, à long terme, entraîner un eczéma.

En outre, les adeptes du gant et autres fleurs de douches feraient mieux de remiser ces objets au placard (ou à la poubelle). “Le gant est un nid à microbes qui n'a pas d'intérêt dans le lavage. Il peut au contraire être irritant pour la peau”, explique la dermatologue. L’idéal est donc de se laver, tout simplement, à la main.

Comment bien se laver le visage ?

La peau du visage étant plus fine, elle est aussi plus sujette aux imperfections (les fameux petits boutons disgracieux et les points noirs) et à la sécheresse cutanée. Un nettoyage quotidien de cette zone est donc indispensable. Tous les soirs, massez délicatement votre visage avec un soin doux ou une huile démaquillante, pour retirer non seulement le maquillage mais aussi les peaux mortes et les traces de pollution.

Côté cheveux, inutile de les laver tous les jours : une à deux fois par semaine suffit. Vous pouvez en revanche les rincer à l’eau et les brosser “pour retirer la poussière et les produits capillaires comme les gels coiffants”, indique le Dr Roos.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

De la toilette aux sous-vêtements… l’étude surprenante sur l’hygiène des Français, Le Parisien, 26 février 2020. 

Interview du Dr Nina Roos par Medisite en 2015.