Sommaire

Grossit-on forcément à la ménopause ?

Grossit-on forcément à la ménopause ?© IstockTraitement hormonal (THM/THS) ou pas, certaines femmes grossissent lorsqu’elles entrent dans la périménopause (la période d’irrégularité des règles précédant leur arrêt définitif ainsi que l’année qui suit cet arrêt). La prise pondérale est d’environ 500 g par an en moyenne, avec d’importantes variations toutefois selon les individus. Certaines femmes ne grossissent pas, d’autres prennent plus de 1,5 kg chaque année !

A lire aussi :

Les traitements hormonaux font-ils grossir ?

Le traitement hormonal de la ménopause (THM/THS) associe des hormones qui, théoriquement, génèrent un risque de prise de poids. -Les œstrogènes entraînent une rétention d’eau et augmentent le stockage des graisses. -Les progestatifs de synthèse augmentent la sensation de faim. Pourtant, paradoxalement, les études scientifiques ayant suivi un grand nombre (plusieurs milliers) de femmes ménopausées n’ont pas pu démontrer d’effet "grossissant" lié aux hormones.

Que faire si vous prenez des kilos sous THM/THS ?

Que faire si vous prenez des kilos sous THM/THS ?© IstockChaque femme a ses réactions bien à elle. Si vous avez l’impression que votre traitement hormonal substitutif de la ménopause (THM/THS) vous fait prendre du poids, suivez ces trois conseils : - Vérifiez en premier lieu qu’il n’y a pas d’autre cause : arrêt du sport, mauvais fonctionnement de la glande thyroïdienne... - Parlez-en à votre gynécologue. Il pourra peut-être réduire les doses hormonales pour perdre ces kilos superflus. - Envisagez d’autres traitements avec votre médecin et/ou gynécologue...

Les précautions à prendre si vous êtes déjà ronde

Si vous êtes déjà ronde, à la ménopause, la graisse des hanches et des fesses prend le relais des ovaires et fabrique des œstrogènes, au plus grand bénéfice de la peau (moins de rides), de la vie sexuelle (moins de sécheresse vaginale) et du squelette (moins d’ostéoporose). Les femmes rondes souffrent donc généralement moins de la ménopause que les minces ! Résultat : si vous êtes ronde, évitez dans la plupart des cas les traitements hormonaux de la ménopause (THM/THS), ce d’autant plus qu’ils élèvent, chez les femmes fortes, les risques de phlébite, cancer du sein et diabète.

Pensez au soja !

Pensez au soja !© IstockLes aliments à base de soja ou les suppléments en isoflavones qui en sont dérivés réduisent la fréquence et l’intensité des bouffées de chaleur, l’un des symptômes de la ménopause le plus souvent à l’origine d’une prescription de THM/THS (traitement hormonal substitutif de la ménopause). Or, le soja (du moins sous forme de légume), présente aussi l’avantage de ne pas faire grossir ! En clair : pour soulager les bouffées, commencez par privilégier le soja alimentaire plutôt qu’un traitement hormonal. Attention : les suppléments sont parfois trop dosés et exposent alors au risque de cancer du sein. Parlez-en à votre médecin avant d’entamer une cure.

L’alternative antidépresseurs

Les antidépresseurs de nouvelle génération constituent une alternative au THM/THS (traitements hormonaux substitutifs de la ménopause) pour les femmes souffrant de bouffées de chaleur. Ce sont en tout cas les dernières recommandations officielles américaines (en France, cette indication n’est pas "officiellement" recommandée). Une faible dose suffit le plus souvent... et ne fait pas prendre de poids, en général. Attention, si après une semaine, vous ne sentez aucune amélioration, cela signifie probablement une absence d’efficacité dans votre cas. Quoi qu’il en soit, parlez-en à votre médecin.

Changez votre mode vie

Changez votre mode vie© IstockLes traitements hormonaux (THS/THM) ne sont pas obligatoires ! Parmi les autres moyens pour soulager notamment les bouffées de chaleur, on peut changer ses habitudes. Pour le Consensus nord-américain sur la ménopause, améliorer son mode de vie réduit leur apparition. Ses conseils (essayez, ça marche souvent bien !) : - Privilégier la fraîcheur : vêtements et couchage léger, pièces aérées. - Effectuer chaque heure une série de respirations profondes. - Eviter les plats trop épicés. - Faire de l’exercice et garder la ligne. A noter : sédentarité et surpoids augmentent le risque de bouffées de chaleur.

Avez-vous vraiment besoin d’un THM ?

Les THM/THS (traitements hormonaux substitutifs de la ménopause) sont essentiellement indiqués en cas de bouffées de chaleur particulièrement gênantes ou de risque élevé d’ostéoporose. Ces traitements ne doivent être pris qu’après un examen médical et gynécologique approfondi, car ils comportent des risques, notamment en ce qui concerne le cancer du sein et les maladies cardio-vasculaires. Donc, si vous n’en avez pas besoin, évitez-les !

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

- "Simple comme maigrir", Jacques Fricker et Anne Deville-Cavelin. Editions Odile Jacob. 17 €.

Vidéo : Ménopause : les signes qui ne trompent pas

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.