De quoi s’agit-il ?

Une grossesse extra-utérine (GEU) est une urgence médicale, voire chirurgicale. Elle se définit par l’implantation de l’ovule fécondé (ou "œuf") en dehors de l’utérus. La plupart du temps dans la trompe. En France, une grossesse sur 200 serait extra-utérine.

Quels sont les symptômes d’une GEU ?

Lorsqu’une femme est enceinte, les premiers signes de grossesse sont les mêmes quelque soit l’endroit où l’oeuf est implanté. Ainsi, même s’il s’agit d’une GEU, la femme n’a plus ses règles et le test de grossesse est positif.

Cependant, quelques signes peuvent alerter et doivent amener à consulter un médecin rapidement : saignements anormaux, généralement de couleur noirâtre, douleur du bas ventre plus ou moins intense, latéralisée du côté de la grossesse, vertiges et malaise s sont également possibles.

A un stade avancé, la trompe éclate, les signes sont plus marqués : douleur vive, ventre extrêmement sensible et dur, signes d’hémorragie interne. Parfois, la découverte de la GEU est faite lors de la première échographie de grossesse.

A savoir : Quelques saignements en début de grossesse ne sont pas toujours synonymes de GEU. Cependant, il est prudent de prendre un avis médical en cas de saignement ou de douleur au ventre, même si le retard de règles est minime.

Quels sont les risques ?

Seule la cavité utérine est capable de permettre un développement normal de l’embryon. Lorsque l’œuf fécondé se développe dans la trompe ou dans la cavité abdominale, souvent, son évolution fait saigner les tissus alentours. L’embryon n’a pas la place de se développer sauf en abîmant les organes voisins. Dans le cas le plus fréquent de la grossesse dans la trompe, le risque essentiel est l’hémorragie interne par rupture de la trompe.

Une GEU peut aussi évoluer vers une expulsion spontanée (avortement à l’intérieur de la cavité abdominale) ou exceptionnellement vers une guérison spontanée.

Quels examens permettent de confirmer le diagnostic ?

Des examens peuvent permettre de poser le diagnostic de GEU avant le stade d’urgence que constitue la rupture de la trompe.

  • Le test sanguin de grossesse (par prise de sang) est positif mais souvent faible.
  • L’échographie ne retrouve pas d’œuf dans l’utérus et ne montre pas forcément d’image anormale dans la trompe. C’est l’examen de référence, mais n’est pas toujours concluant.
  • La coelioscopie*. Sous anesthésie générale, une toute petite incision dans le ventre permet à une micro-caméra d’aller voir les organes génitaux internes et de trouver le lieu exact de l’implantation de l’embryon.

Quelles sont les causes ?

Le plus fréquemment, la fécondation se fait au bon endroit (dans la trompe) mais l’œuf formé grossit avant d’avoir atteint l’utérus. En temps normal, l’œuf atteint l’utérus 5 à 6 jours après la fécondation et s’enfouit dans la muqueuse utérine.

Parfois, un trouble de la migration de l’œuf de la trompe vers l’utérus conduit à une grossesse extra-utérine. Plusieurs facteurs peuvent favoriser la survenue d’une GEU : le tabagisme, des antécédents d’IST, de GEU (10 à 20% de récidives), de chirurgie des trompes ou d’endométriose, des trompes abîmées, rétrécies ou encore la prise d’un traitement de la fertilité.

Parfois, aucune cause n’est retrouvée. Peut-être que l’œuf a grossi trop vite ou que les mouvements de la trompe l’aidant à descendre ont été ralentis…

Quels traitements peut-on proposer ?

Parfois, la grossesse s’arrête spontanément et l’oeuf s’élimine tout seul, naturellement, dans la cavité abdominale. On surveille les taux d’hormones de grossesse (par plusieurs prises de sang espacées de 48h) qui stagnent puis chutent.

Dans de nombreux cas, le traitement se fait par coelioscopie. Si la trompe est en bon état, il s’agit d’évacuer le sac gestationnel en incisant la trompe. Si les dégâts sont plus importants, il s’agit de retirer la trompe. En cas d’urgence, l’acte chirurgical ne pourra pas être fait sous coelioscopie mais incision abdominale classique.

> De plus en plus de femmes renoncent à la chirurgie esthétique et utilisent cette pilule à la place.

mots-clés : Douleur cou
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.