Dans un communiqué de presse paru le 27 juin dernier, l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (Anses), rapporte que : ”l’Italie a recensé une vingtaine de cas d’hépatite impliquant des compléments alimentaires contenant du curcuma. En France, le dispositif de nutrivigilance de l’Anses a enregistré plus de 100 signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires contenant du curcuma ou de la curcumine, dont 15 hépatites.” Les autorités sanitaires ont donc mené leur enquête quant à la potentielle dangerosité du curcuma consommé via des compléments alimentaires.

Curcuma et curcumine : respecter la dose journalière

Les compléments alimentaires contenant du curcuma ou sa substance active, la curcumine mettent en avant des potentielles propriétés digestives, antioxydantes et anti-inflammatoires. L’Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments) a fixé la dose journalière admissible (DJA) à 180 mg de curcumine par jour pour un adulte de 60 kg. “l’Anses a déterminé que la dose apportée par les compléments alimentaires doit rester inférieure à 153 mg par jour pour un adulte de 60 kg” rapporte ainsi les autorités sanitaires. Selon les investigations des autorités sanitaires, le curcuma, plus précisément la curcumine, sa substance active, peut devenir toxique, en particulier pour le foie. “Des études suggèrent que des doses élevées de curcuma ou de curcumine sont hépatotoxiques chez l’animal”, souligne ainsi l’Anses.

Complément alimentaire : peu de détails sur les ingrédients

“La curcumine est très peu biodisponible, c’est-à-dire qu’elle passe difficilement dans la circulation sanguine et qu’elle est éliminée très rapidement par l’organisme. Les industriels ont développé diverses formulations pour améliorer cette biodisponibilité et ainsi augmenter les effets de la curcumine” explique Fanny Huret, coordinatrice de l’expertise à l’Anses. C’est précisément ces formulations qui pourraient devenir toxiques pour le foie car, si en apparence, elles ne dépassent pas les doses recommandées journalières, elles augmentent la biodisponibilité de la curcumine dans l’organisme. De ce fait, “pour prévenir les intoxications, l’Anses recommande aux metteurs en marché de fournir les détails des données de biodisponibilité de leurs produits afin qu’une dose maximale d’apport journalier spécifique puisse être définie.”

Curcumine : attention aux interactions avec certains médicaments

Enfin, dans son communiqué, les autorités sanitaires mettent en garde certaines personnes car : “il existe un risque lié aux interactions de la curcumine avec certains médicaments tels que les anticoagulants, les anticancéreux et les immunosuppresseurs. Leur efficacité ou leur sécurité pourrait en être altérée. Aussi, l’Agence déconseille la consommation de compléments alimentaires contenant du curcuma aux personnes traitées par ces médicaments sans avis médical.”

Curcumine : attention aux interactions avec certains médicaments© Service de presse

Document de l'Anses

Sources

https://www.anses.fr/fr/content/des-effets-ind%C3%A9sirables-li%C3%A9s-%C3%A0-la-consommation-de-compl%C3%A9ments-alimentaires-contenant-du

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.