Arrêter ces médicaments anti-cholestérol courants est-il un danger pour votre cœur ? Destinées à combattre le cholestérol, les statines sont très largement prescrites aujourd’hui mais font depuis quelque temps l’objet d’une défiance du corps médical. Les médicaments anti-cholestérol sont souvent décriés pour leurs effets secondaires, et notamment les douleurs musculaires qu'ils provoqueraient.

Selon un essai clinique de grande ampleur dont les résultats ont été publiés le 8 décembre dernier dans le JAMA Network, l'arrêt des statines chez des personnes âgées sous traitement a été associé à un taux significativement plus élevé de graves problèmes cardiovasculaires tels que des infarctus ou des AVC, par rapport à la poursuite du traitement.

Pour rappel, les statines sont des hypolipidémiants, c’est-à-dire des médicaments qui diminuent le taux de lipides dans le sang, et plus précisément du "mauvais" cholestérol, dans le sang. Consommées par 220 millions de patients, les statines font partie des médicaments les plus vendus au monde.

Un taux plus élevé de problèmes cardiovasculaires

L'utilisation de statines est courante chez les personnes âgées. Toutefois, compte tenu des incertitudes concernant les avantages à long terme de ces médicaments anti-cholestérol, ainsi que les changements dans l'état de santé des patients et les objectifs de soins, l'arrêt des statines peut être envisagé chez certaines d’entre elles.

"Les incertitudes quant à leurs bénéfices sur le long terme poussent certains médecins à envisager l’arrêt de ce traitement, et ce même s’il existe peu de preuves pour étayer cette décision", précise les auteurs de l’essai clinique. Cette étude avait donc pour but d’évaluer “l'association entre l'arrêt des statines et le nombre d'événements cardiovasculaires indésirables majeurs chez les personnes âgées de 75 ans ou plus qui reçoivent un traitement à long terme par statines”.

En pratique, afin de répondre à cette question, les chercheurs ont étudi é 67 418 Danois âgés de 75 ans et plus et traités depuis plus de cinq ans par statines. Les volontaires ont été suivis pendant cinq ans entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2016. Résultat, parmi les personnes âgées recevant un traitement à long terme aux statines, l'arrêt des statines s’est révélé associé à un taux plus élevé d’événements cardiovasculaires indésirables majeurs (MACE) tels que des infarctus ou des AVC par rapport à la poursuite des statines.

Ces résultats suggèrent un besoin de preuves solides provenant d'essais cliniques randomisés. Les chercheurs assurent malgré tout que ces résultats préliminaires nécessitent “des preuves plus solides issues d’essais randomisés”.

L’arrêt brutal des statines, un danger pour les personnes âgées

Peu d'études avaient avant cela exploré les effets de l'arrêt des statines chez les personnes âgées. Une d’entre elles a démontré que, parmi les patients atteints d'une maladie avancée et dont l'espérance de vie estimée par le médecin est inférieure à un an, l'arrêt des statines n'augmentait pas le risque de mortalité sur 60 jours. Bien qu'utile, cette étude n'a pas éclairé la prise de décision clinique pour les personnes âgées qui, en général, ne sont pas en fin de vie.

Dans une étude observationnelle récente menée en France, qui avait inclus des personnes âgées de 75 ans sans antécédents de maladie cardiovasculaire, l'arrêt des statines a été associé à un risque accru d'hospitalisations pour événements cardiovasculaires au cours du suivi de 2,5 ans. Une nouvelle preuve des dangers de l’arrêt brutal des statines pour les personnes âgées.

En l’absence de recommandations claires concernant les 75 ans et plus, beaucoup de médecins continuent de prescrire des statines à cette population. Or au-delà de 75 ans, les bénéfices de ces médicaments en matière d’années de vie supplémentaires en bonne santé pourraient être moins importants, du fait de l’avancée en âge. À l’inverse leurs effets secondaires (troubles musculaires (douleurs ou crampes musculaires), hépatiques et digestifs, insomnies, maux de tête...), pourraient se révéler plus fréquents chez les seniors, souvent davantage sensibles à ce type d’effets. "Confirmer ou infirmer ces doutes permettrait, dans le premier cas, d’arrêter de prescrire inutilement des médicaments à des personnes qui en ont en général déjà̀ beaucoup à prendre pour d’autres maladies", assurait en juin 2020 Éric Bruckert1, endocrinologue et chercheur Inserm dans l’Unité de recherche sur les maladies cardiovasculaires du métabolisme et de la nutrition, à Paris.

Qui des effets secondaires sur les muscles ?

Malgré leur mauvaise presse, selon une étude britannique du 24 février dernier, les statines, ne seraient pas responsables des douleurs musculaires dont on les accuse souvent. "Aucun effet global de l'atorvastatine 20 mg sur les symptômes musculaires par rapport au placebo n'a été observé chez les participants qui avaient précédemment signalé des symptômes musculaires sévères lors de la prise de statines", conclut l'étude. Les chercheurs notent également que "la plupart des personnes qui terminaient l'essai avaient l'intention de recommencer le traitement avec des statines". Selon une récente étude allemande, les statines seraient même efficaces pour stopper la prolifération des métastases.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Statin Discontinuation and Cardiovascular Events Among Older People in Denmark, Jama Network, 2 décembre 2021.

https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2786791?utm_source=silverchair&utm_medium=email&utm_campaign=article_alert-jamanetworkopen&utm_term=mostread&utm_content=olf-widget_12102021 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.