Sommaire

Selon une enquête de l’Ifop, 13 % des Français assurent être atteints de calvitie (chiffres de 2015). Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face à la perte des cheveux. Si 2 % des femmes se plaignent de calvitie, 25 % des hommes rapportent la présence de ce problème. Aujourd’hui, il n’est plus question de s’avouer vaincu face à la perte de cheveux.

Chute de cheveux : les hormones en cause

« Chaque personne possède deux types de cheveux. Certains, dits hormonodépendants, sont liés à la testostérone ; ce sont ceux qui tombent. Les autres, implantés en couronne autour du crâne, ne tombent jamais », détaille le Dr Paul Benet, spécialiste de la greffe capillaire à Paris.

Tous les hommes ne sont pas égaux face à la perte de cheveux. En effet, le rôle des hormones est très important puisque plus les hommes ont un fort taux d'hormones mâles et plus ils perdront leurs cheveux. De plus, certains hommes ont un taux normal de testostérone, mais ont davantage de récepteurs 5 alpha sur les cheveux hormonodépendants. Précisément, des recherches scientifiques ont mis en évidence l’importance de la dihydrotestostérone, une hormone dérivée de la testostérone. Cette dernière raccourcit le cycle de croissance des cheveux ce qui entraîne, inévitablement, la perte des cheveux. Dans le cas d’une alopécie dite androgénétique, les premiers cheveux à tomber sont ceux situés au niveau des tempes et du front, ou sur la partie arrière de la tête.

Depuis ces dernières années, la médecine a trouvé des solutions à apporter aux personnes confrontées à ce problème. La greffe des cheveux reste la seule solution efficace et durable face à la calvitie. Il s’agit d’une redistribution du capital-cheveu restant au niveau de la couronne hippocratique.

Pour un résultat optimal, il existe deux techniques majeures. Ces deux approches s’adressent aussi bien aux femmes qu’aux hommes. La première, baptisée Follicular Units Extraction (FUE), est une technique réalisée via un prélèvement cheveu par cheveu. À l’inverse, la deuxième technique, Follicular Units Transplantation (FUT) permet de prélever les cheveux par bandelette. Si la FUE induit des microcicatrices blanches en forme de points sur le cuir chevelu, la FUT laisse, elle, une très fine cicatrice linéaire horizontale d'un millimètre de large à l'arrière de la tête du patient. Autre avantage, cette deuxième technique permet de déplacer davantage de cheveux en une seule séance.

Sources

Merci au Dr Paul Benet, spécialiste de la greffe capillaire. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.