Une modification de la flore intestinale

D'après l'Inserm, notre flore intestinale est constituée de 2kg de micro-organismes. Cet ensemble de bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes vit dans l'intestin grêle et le côlon et participe à la bonne santé de notre organisme.

Cependant, celui-ci est assez fragile et il peut être influencé par un certain nombre de facteurs différents, notamment les médicaments, qui peuvent modifier sa composition.

Or, une perturbation de notre microbiote intestinal serait associée à un risque accru de cancer, d'obésité, de diabète, de maladies du foie ou encore de maladies neurodégénératives.

"Nous savons déjà que certains médicaments influencent la composition bactérienne du microbiote intestinal et que celui-ci a été associé à de multiples problèmes de santé. Il est donc crucial de comprendre quelles sont les conséquences de ces médicaments dans la flore intestinale", a déclaré Arnau Vich Vila, chercheur principal au Centre médical universitaire de Groningue.

18 catégories de médicaments incriminés

Dans cette étude, les chercheurs ont examiné 41 catégories de médicaments couramment utilisés et analysé 1 883 échantillons de selles provenant de personnes qui prenaient ou non ces médicaments, y compris certains atteints du syndrome du côlon irritable (IBS) et de la maladie inflammatoire de l'intestin (MICI).

Dix-huit de ces catégories avaient des effets sur le microbiome intestinal et huit autres augmentaient le risque de résistance aux antimicrobiens (substances qui peuvent causer la transmission des germes, y compris les bactéries, les virus et les champignons, ndlr).

Les catégories ayant le plus grand impact sur le microbiome étaient les suivantes :

  • Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), utilisés dans le traitement de l'indigestion, de l'ulcère peptique, du reflux gastro-œsophagien…
  • La metformine, utilisée pour traiter le diabète de type 2 ;
  • Les antibiotiques utilisés pour traiter les infections bactériennes ;
  • Les laxatifs utilisés pour traiter et prévenir la constipation.

Les microbiomes intestinaux des utilisateurs d'inhibiteurs de la pompe à protons présentaient des taux plus élevés de bactéries du tractus gastro-intestinal supérieur et une production accrue d'acides gras.

Les utilisateurs de metformine avaient, eux, des niveaux plus élevés de bactéries "E. coli", potentiellement nocives et responsables de nombreuses intoxications alimentaires graves.

Selon les chercheurs, sept autres catégories de médicaments étaient associées à des changements significatifs dans les zones bactériennes de l'intestin.
Par exemple, l'utilisation d'antidépresseurs a été associée à une augmentation de bactéries potentiellement dangereuses, appelées les “Eubacterium ramulus”.

Parallèlement, l’utilisation de stéroïdes oraux était associée à des taux élevés de bactéries méthanogènes (micro-organismes qui produisent du méthane, ndlr) liés à un risque d'obésité et à une augmentation de la masse graisseuse.

L'étude, présentée hier à la réunion annuelle de l'UEG (United European Gastroenterology) à Barcelone, a conclu que “ces travaux soulignent l'importance du rôle du microbiote intestinal et les effets secondaires produits par l'utilisation de certains médicaments", a déclaré Arnau Vich Vila dans un communiqué de presse.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

De nombreux médicaments courants pourraient modifier votre microbiome, WebMD, 23 octobre 2019.