Hypothyroïdie et alimentation

On sait désormais qu’une des principales causes de l’hypothyroïdie est un défaut de consommation d’iode (l’iode est indispensable à la production des hormones thyroïdiennes). En effet, dans les pays en voie de développement, les carences en iode sont nombreuses et 2 milliards de personnes dans le monde sont concernées. C’est beaucoup moins le cas en France en raison de la supplémentation systématique en iode du sel de table (à noter qu’un excès d’iode entraîne également une hypothyroïdie). Mais dans ce cas, pourquoi y a-t-il encore autant de cas d’hypothyroïdie dans l’Hexagone ? C’est qu’il existe également des hypothyroïdies d’origine auto-immune (50 % des cas), ou dues à un traitement mal pris ou encore suite à une radiothérapie destinée à traiter un cancer de la région du cou. De plus, certains médicaments sont particulièrement nocifs pour la thyroïde.

Comment, en cas d'hypothyroïdie, surveiller son alimentation

Lorsqu’on présente une hypothyroïdie, il est important de surveiller son alimentation, car certains aliments goitrogènes vont empêcher la fixation d’iode dans la thyroïde. C’est le cas des crucifères (toutes les variétés de choux), des arachides (cacahuètes, noix, etc.), du soja, des patates douces ou encore du manioc trop peu cuit. Il est donc nécessaire de limiter autant que possible la consommation de ces aliments qui sont déconseillés en cas d’hypothyroïdie.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.