De quoi est mort l'ancien pilote de Formule 1 Niki Lauda ?

Publié le 21 Mai 2019 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
L'ancien pilote autrichien de Formule 1 Niki Lauda, qui a remporté trois fois le titre de champion du monde, s'est éteint le 20 mai 2019 à l'âge de 70 ans. Victime d'un grave accident en 1976, il vivait avec de sérieuses séquelles.
Publicité

"C’est avec une profonde tristesse que nous annonçons que notre cher Niki s’est éteint paisiblement, lundi 20 mai 2019, entouré de sa famille", ont annoncé les proches de Niki Lauda dans un communiqué adressé au média. L'ancien pilote autrichien, triple champion du monde de Formule 1, est décédé à l'âge de 70 ans. Si les causes de sa mort n'ont pas été évoquées, on sait que son état de santé était fragile depuis une quarantaine d'années.

Publicité

Greffé à plusieurs reprises

En 1976, Niki Lauda est victime d'un grave accident sur le circuit Nürburgring en Allemagne. Coincé dans sa Ferrari en flammes, il reste inconscient l'espace d'une minute. Un laps de temps suffisant pour endommager sérieusement ses poumons et le laisser avec de graves brûlures au visage, dont il gardera les traces toute sa vie. Mais le pilote, qui affirme avoir "ressuscité" après être "brièvement mort", ne se laisse pas abattre par cet évènement tragique : six semaines après, il sera au départ du Grand Prix d'Italie.

Publicité

Les conséquences physiques de cet accident l'ont néanmoins suivies tout au long de son existence. Les gaz toxiques qu'il avait inhalés lui avaient en effet provoqué de graves difficultés respiratoires et avaient grandement affaibli son organisme. Il avait alors subi une première greffe de rein en 1997, puis une deuxième en 2005, ainsi qu'une transplantation pulmonaire l'année dernière à la suite d'une infection.

"Son dynamisme infatigable, sa franchise et son courage restent un exemple et une référence pour nous, a souligné la famille du pilote. Ses succès uniques en tant que sportif sont et resteront inoubliables."

Publicité

Greffe d'organes : une espérance de vie limitée

Si l'espérance de vie d'un patient ayant subi une greffe de rein est satisfaisante, les choses se compliquent lorsqu'il s'agit d'une transplantation pulmonaire. En effet, selon le site Don d'organes, la greffe de poumons ne sauve la personne d'un décès qu'à court ou moyen terme. Dans tous les cas, les personnes greffées doivent être suivies régulièrement par leur médecin et prendre des traitements médicamenteux tout au long de leur vie, tels que des anti-rejets, de la cortisone et autres médicaments associés à la pathologie dont elles souffrent.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X