Besançon : un anesthésiste en garde à vue pour avoir empoisonné et tué des patients

Le docteur Frédéric Péchier a été mis en examen en 2017 pour 7 empoisonnements sur des patients. Depuis le 14 mai dernier, l’anesthésiste est placé en garde à vue pour une cinquantaine d’autres cas.
Besançon : un anesthésiste en garde à vue pour avoir empoisonné et tué des patientsgetty

Cette sombre affaire prend une autre dimension. Frédéric Péchier, 47 ans, anesthésiste, jusqu’alors à la réputation sans faille, avait été mis en examen en 2017 pour 7 empoisonnements avec préméditation sur des patients, rapporte France 3. Deux patients en ont d’ailleurs perdu la vie. Faute de preuves directes, le médecin était en liberté, sous contrôle judiciaire, avec l’interdiction d’exercer.

Aujourd’hui, ce médecin basé à Besançon, est accusé d’être à l’origine d’une cinquantaine d’autres cas, dont 20 morts suspectes. Placé en garde à vue le 14 mai dernier, sa détention a été prolongée de 24 heures, pas plus tard qu’hier, selon le parquet. En parallèle, le personnel de la clinique Saint-Vincent, où exerçait le supposé serial killer, ainsi que les patients sont interrogés par les enquêteurs.

Un empoisonnement au potassium, provoquant des arrêts cardiaques

Les faits se situent entre 2008 et 2017. Les victimes auraient été empoisonnées lors d’opérations sans difficultés particulières. Selon les investigations de la police judiciaire, Frédéric Péchier aurait administré des létales de potassium et d’anesthésiques locaux, provoquant ainsi, sciemment des arrêts cardiaques.

Parmi les 7 patients, pour lesquels le médecin avait déjà été mis en examen, 2 sont décédés. Amandine Lehen, fille de l’une des victimes, attend depuis plus de 10 longues années d’avoir des réponses sur les circonstances de la mort de son père. Ce dernier avait succombé à une dose de lidocaïne 5 fois supérieure à la dose léthale.

Un enfant, opéré des amygdales, parmi les victimes

L’enquête a pris une autre tournure aujourd’hui, puisque la justice a fait le lien avec d’autres cas. Une cinquantaine d’incidents au cours d’anesthésie sont alors étudiées.

Parmi eux, 20 morts suspectes. Si les 7 premiers patients empoisonnés étaient âgés de 37 à 53 ans, un enfant fait actuellement partie des nouvelles victimes présumées. Teddy, âgé de 4 ans, opéré des amygdales en 2016, a fait deux arrêts cardiaques. Le Dr Péchier l’avait ranimé. Les parents ont déposé plainte.

L’anesthésiste nie en bloc

Le médecin, défendu depuis le début de l’affaire par ses avocats, Me Randall Schwerdorffer et Mr Ornella Spatafora, ne cesse de clamer son innocence. Il évoquait en 2017, une erreur judiciaire.

« On m’accuse de crimes odieux que je n’ai pas commis », avait-il dit à la presse. Son avocat, de son côté, parle d’acharnement judiciaire. « Il n’a jamais été impliqué de quelle que façon que ce soit dans un acte criminel », atteste Me Schwerdorffer. Pour les besoins de l’enquête, 4 corps de patients décédés ont été exhumés. Une première dans une affaire judiciaire médicale.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Victime d'un arrêt cardiaque après avoir bu trop de sauce soja.