Analyse de sang : que sont les polynucléaires éosinophiles ?

Les polynucléaires éosinophiles désignent un type de globules blancs, les cellules qui interviennent dans la défense immunitaire en cas d’infection. Le taux de polynucléaires éosinophiles, appelé éosinophilie, figure toujours dans les bilans sanguins. Une éosinophilie élevée peut aider les médecins à orienter leur diagnostic et à trouver la cause d’une maladie.

Publicité

Polynucléaires éosinophiles et autres informations du bilan sanguin

© Istock©iStock

Les analyses sanguines livrent une multitude d’informations. Elles mesurent notamment le taux de cholestérol, de glucose, d’urée, de triglycérides et de créatinine ainsi que le nombre de cellules sanguines (globules blancs, globules rouges, plaquettes). Les résultats obtenus permettent ainsi de détecter des anomalies en vue de réaliser des examens complémentaires. Sur la feuille de résultats figure également le taux de polynucléaires éosinophiles, un genre de globules blancs. Ces cellules attaquent les agents infectieux et autres corps étrangers qui parasitent l’organisme. L’éosinophilie est considérée comme normale si le taux de polynucléaires éosinophiles est inférieur à 500 cellules/mm3 de sang.

Publicité
Publicité

Que cache un taux de polynucléaires éosinophiles élevé ?

Une hyperéosinophilie peut être provoquée par une réaction allergique, une infection parasitaire, une affection respiratoire (asthme) ou un cancer (leucémie). Le nombre de polynucléaires éosinophiles augmente aussi en cas de syndrome de Schulman ou fasciite à éosinophiles, une pathologie qui entraîne des atteintes articulaires.

Autres types de polynucléaires : les neutrophiles et les basophiles

Il existe également deux autres types de polynucléaires : les neutrophiles et les basophiles.

Des polynucléaires neutrophiles diminués peuvent être le résultat d'une infection virale, de la prise de certains médicaments, de la chimiothérapie, de certaines maladies de la moelle osseuse (type lymphome ou leucémie), d'une aplasie ou d'une anémie carentielle. Au contraire, lorsqu'ils sont élevés, cela peut indiquer une infection bactérienne, des syndromes infllammatoires mais également certaines maladies de la moelle osseuse ou une aplasie.

Le taux de polynuéclaires basophiles, quant à lui, varie rarement. Cependant, un taux élevé peut révéler une maladie du sang (leucémie, thrombocythémie,polyglobulie, etc.) ou, parfois, certains types de colite ulcéreuse.

Le bilan sanguin, l’examen de référence pour détecter un cancer du sang

Le tableau clinique de la leucémie est très vaste. Il varie en fonction des patients et de la forme de la maladie (aiguë ou chronique). Les symptômes les plus fréquents sont ceux de l’anémie provoquée par un déficit en globules rouges : fatigue, teint pâle, manque d’appétit, perte de poids, palpitations… Les autres signes cliniques incluent les troubles digestifs, les maux de tête, les sueurs nocturnes, les adénopathies (gonflement des ganglions) et les troubles de la vue.

Le récit du patient et l’observation clinique conduisent le médecin à indiquer un bilan sanguin. Les analyses révèlent une baisse du nombre de globules rouges et de plaquettes. Les globules blancs sont anormalement nombreux et souvent immatures. Le diagnostic est posé à l’issue d’un myélogramme, un examen qui consiste à étudier le fonctionnement de la moelle osseuse.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X