Reconnaître les symptômes du cancer de la gorge : la règle des 1 pour 3 que vous devez connaître

Les médecins de l'hôpital Gustave Roussy lancent une campagne de sensibilisation pour dépister le cancer de la gorge à temps afin d'améliorer le taux de survie et révèle la règle à connaître afin de savoir si on a un risque ou pas.

Publicité

© Fotolia14 000 nouveaux cas de cancer oto-rhino-laryngologiques (ORL), également appelé cancer des voies aérodigestives supérieures ou (VADS) ou encore cancer de la tête et du cou, sont diagnostiqués chaque année en France. Ce type de cancer touche principalement la bouche, la gorge, les oreilles et le nez. Lorsqu'il est détecté à temps, le taux de survie d'un cancer de la gorge est de 80 à 90%, selon un communiqué de l'hôpital Gustave Roussy. Pour augmenter les chances de survie, l'hôpital lance une campagne de sensibilisation en expliquant la règle du 1 pour 3 aux patients, comme aux professionnels afin d'alerter sur les symptômes qui doivent pousser à consulter.

Publicité
Publicité

Au-delà de 3 semaines ces signes doivent alerter

La règle est simple et "vérifiée par les plus grands experts des cancers de la tête et du cou" en Europe, expliquent les auteurs du communiqué. Ils dressent une liste de symptômes. "Si le patient présente UN de ces symptômes depuis plus de TROIS semaines, il doit demander un avis médical sans tarder. Le médecin généraliste doit, dans ce cas, adresser le patient à un spécialiste des voies aéro-digestives supérieures", explique le communiqué.

Les signes à surveiller : douleurs à la langue, ulcères à la bouche qui ne guérissent pas, tâches rouges ou blanches dans la gorge, déglutition douloureuse, grosseur dans le cou, douleurs dans la gorge, enrouement persistant, nez bouché d'un côté, écoulement de sang par le nez .

En cas d'observation d'une lésion, le médecin ORL procédera à une endoscopie : "Réalisée sous anesthésie générale au bloc opératoire, l’endoscopie consiste à introduire par le nez ou la bouche et jusqu’à la lésion un tube creux rigide (l’endoscope) pourvu d’une source de lumière, précise la fondation Arc.L’endoscope permet aussi de réaliser des biopsies, c’est-à-dire de prélever un échantillon de tissu suspect qui sera analysé sous microscope au cours d’un examen anatomopathologique." Le traitement d'un cancer ORL consiste en une radiothérapie (traitement locorégional réalisé lorsque le diamètre de la tumeur est inférieur à 4 cm) ou en une chirurgie, parfois associées à une chimiothérapie.

Cancer ORL : les facteurs de risque principaux

Selon l'hôpital Gustave Roussy, 85% des cancers des voies aéro-digestives supérieures sont dûs au tabac. En parallèle, les "hommes qui boivent plus de trois verres d'alcool par jour, et les femmes qui boivent plus de deux verres d'alcool par jour ont significativement plus de risque d'en développer un que les autres. Si l'alimentation et le tabac sont ceux qu'on connait le plus, il existe un facteur lié à la sexualité dont on parle peu : le virus HPV, qui peut se développer suite à des pratiques sexuelles bucco-génitales, aurait une incidence liée aux cancers de la gorge (langue et amygdale notamment). Des facteurs professionnels sont plus rares mais également à noter. Les hommes alcoolo-tabagiques âgés de plus de 60 ans resteraient néanmoins la population la plus touchée par les cancers ORL.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X