"Je voulais montrer ce que le cancer fait a un corps" : elle se photographie apres 90 heures de chimiotherapie

Le cancer du col de l’utérus se développe sur la muqueuse du col de l’utérus, autrement dit sur le tissu qui le recouvre. Il constitue la 12 ème cause de cancer chez la femme en France, selon les chiffres de l’Institut National du Cancer. Aujourd’hui, son incidence diminue grâce aux campagnes de dépistage par frottis cervico-utérin, permettant de détecter les lésions précancéreuses. À titre d’information, ce dépistage doit être réalisé tous les 2 ans dès l’âge de 25 ans.

C’est cet examen qui aura permis de diagnostiquer le cancer de Amy Jordan. Fondatrice d’un studio de Pilates basé à New York et en Californie, cette dernière a été diagnostiquée d’un cancer du col de l’utérus à 45 ans alors qu’elle se rendait chez son gynécologue pour une visite de routine. Touchée par une tumeur particulièrement agressive, Amy a dû subir 90 heures de chimiothérapie et 25 séances de radiothérapie. Pour lever le tabou sur sa maladie, l’américaine s’est plu à partager plusieurs clichés d’elle à l’issue de ses traitements.

"Je partage ces photos très personnelles avec vous pour normaliser la maladie et le début du voyage d'un être humain vers la santé. Je ne voulais pas oublier à quel point je me suis battue ou à quel point j'étais malade, a-t-elle partagé sur Instagram. J'espère que cet aperçu de la douleur […] contribuera à apporter plus d'empathie et de compréhension au monde". Découvrez les photos à travers notre diaporama.

Une masse de 5 centimètres au niveau du col de l’utérus

Amy reconnaît avoir présenté certains symptômes révélateurs du cancer de l’utérus. Or, la professeure de Pilates ne fait pas le rapprochement immédiatement. Elle espérait intérieurement que son gynécologue la rassurerait. Mais c’est tout le contraire qui se déroule.

La quadragénaire présentait une masse de 5 centimètres au niveau du col de l’utérus. Son médecin lui annonce qu’il s’agit d’un cancer rare et agressif, précise-t-elle à la presse américaine.

Cinq mois, une opération et 90 heures de chimiothérapie plus tard, Amy peut se vanter d’avoir vaincu son cancer. Au moment où elle partage ses photos, elle était sur le point d’achever 25 séances de radiothérapie.

"Nous savons que les gens tombent malades, mais ils portent une perruque, dissimulent leurs cicatrices"

Avant d’être en rémission, Amy a dû surmonter un certain nombre d’épreuves. "Mon oncologue a dit ‘c'est vraiment rare et agressif et nous devons tout y mettre’ ", se souvient la patiente.

La taille de la tumeur était trop importante pour qu’une opération chirurgicale soit envisageable dans un premier temps. Amy a d’abord dû passer par 15 heures de chimiothérapie. Ensuite, une hystérectomie était nécessaire. Le chirurgien a dû lui retirer l’utérus, le col de l’utérus et une partie de son vagin. Amy n’était alors toujours pas au bout de ses peines, puisque plusieurs semaines de chimiothérapie et de radiothérapie l’attendaient.

"Les dernières semaines ont été indescriptibles. J’étais tellement malade", se souvient Amy. En effet, l’américaine s’est délestée de près de 7 kg, de ses cheveux et a traversé des moments très difficiles lorsque son moral était bas.

C’est lorsqu’elle a terminé son traitement, le 11 novembre, que Amy a réalisé les clichés.

"Je voulais vraiment partager ce que le cancer fait à un corps, conclut-elle. Je voulais normaliser la perte de cheveux… Cette partie du voyage est cachée. Nous savons que les gens tombent malades, mais ils portent une perruque, dissimulent leurs cicatrices ou ne montrent tout simplement pas cette partie du chemin".

Découvrez les photos d’Amy à travers notre diaporama.

 

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Instagram Amy Jordan

'Pushed to the brink of death': Woman, 45, details cervical cancer treatment, TODAY, 3 décembre 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.