Cancer : le surpoids peut inverser les effets du traitement

Publié le 02 Juillet 2019 à 16h26 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
Alors qu’un nouvel anticancer a fait son arrivée sur le marché, une étude remet en question ses bienfaits chez les patients en surpoids. Dans ce cas de figure, il pourrait, au contraire, augmenter les lésions cancéreuses.

Connu sous le nom d’inhibiteur de la PI3K, cet anticancer réduit l’activation d’une voie couramment utilisée par les cellules cancéreuses pour survivre et se multiplier. Si ce traitement semble prometteur, des chercheurs de l’Université de l’Illinois à Chicago mettent en garde : chez les amateurs d’aliments gras, en surpoids, ce médicament impliquerait l’effet inverse. Concrètement ? Il est accusé d’accélérer le développement des cellules précancéreuses au niveau du pancréas. Les chercheurs incitent ainsi les médecins à prendre en compte le poids et l’état du foie des patients avant de leur administrer ce traitement, commercialisé incessamment d’après l’étude.

50 % du pancréas recouvert de lésions cancéreuses

Les chercheurs ont mené leurs recherches sur des souris, soumises à un régime alimentaire riche en graisses. Ces dernières étaient prédestinées à développer un cancer du pancréas. "Nous savons que l’inhibition de cette voie peut provoquer la mort des cellules cancéreuses et le rétrécissement des lésions, déclare Paul Grippo, professeur agrégé de gastroentérologie et d’hépatologie et l’un des auteurs de l’étude. Mais chez les souris soumises à un régime dont environ la moitié des calories provenaient de la graisse, l’inhibition de la voie PI3K a conduit au développement de lésions cancéreuses pancréatiques". Chez les souris dont le régime était riche en graisses, 50 % du pancréas était recouvert de lésions précancéreuses.

"Il semble que le régime riche en graisse ait non seulement annulé l’effet protecteur de l’inactivation de la voie du PI3K, mais a également encouragé la formation de lésions cancéreuses", confirme Paul Grippo. Ce dernier craint ainsi que ce traitement anticancer fasse plus de mal que de bien aux patients en surpoids atteints de cancer du pancréas. Cette étude suggère ainsi que les médecins doivent prendre en compte le régime alimentaire des patients avant de leur administrer le traitement.

Comment savoir si je suis en surpoids ?

On parle de surcharge pondérale lorsque l’indice de masse corporelle dépasse ou est égal à 25 kg/m2. Lorsque l’IMC est supérieur ou égal à 30 kg/m2, on parle d’obésité. Pour connaître votre IMC le calcul est le suivant : votre poids en kg, divisé par votre taille en mètre, le tout au carré.

Plus l'excès pondéral est important, plus les risques sont grands pour la santé. Le surpoids est ainsi moins dangereux que l'obésité, mais prédispose déjà, sur le long terme, au diabète de type 2, à l'athérosclérose (dépôt de graisse dans les artères), aux troubles cardiovasculaires (ex. : infarctus du myocarde), à l'hypertension, aux problèmes respiratoires ou encore à l'apparition de certains cancers. Au stade de l'obésité, ces risques sont fortement amplifiés !

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X