Pourquoi le cancer fait maigrir ?

Publié le 02 Décembre 2018 par Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste
Un amaigrissement involontaire, surtout lorsqu’il est accompagné d’une altération de l’état général et d’une fatigue, doit inquiéter et provoquer la réalisation d’examens complémentaires à la recherche d’une maladie générale, en particulier un cancer.
Publicité

© Adobe Stock

Quelles sont les causes d’amaigrissement involontaire ?

Lorsque l’amaigrissement est conséquent et continu, il est licite de s’inquiéter et de rechercher une cause à celui-ci. La première question à poser est de savoir si l’appétit est conservé ou non. Si l’appétit est conservé mais que le poids diminue, on peut se trouver face à des désordres hormonaux, comme l’hyperthyroïdie ou un surdosage en hormones thyroïdiennes ou encore vers une infection parasitaire du type ver solitaire. Les syndromes de malabsorption digestive provoquent également un amaigrissement, sans retentissement sur l’appétit. Lorsque l’appétit est diminué et l’état général altéré, on peut craindre une maladie plus grave, comme un cancer, dont l’évolution, non seulement, fait perdre l’appétit mais utilise l’énergie de l’alimentation pour se développer. Enfin, des causes psychologiques comme le stress ou la dépression peuvent retentir sur l’appétit et faire perdre du poids.

Publicité
Publicité

Pourquoi le cancer fait-il maigrir ?

Il existe plusieurs explications à l’amaigrissement observé au cours du cancer. La première est que la tumeur provoque un syndrome inflammatoire associé à son propre développement et ce phénomène utilise beaucoup d’énergie, dont celle apportée par l’alimentation. D’autre part, les tumeurs sécrètent des cytokines qui vont accélérer la fonte musculaire. La fatigue, engendrée par le développement de la maladie peut également modifier l’appétit. C’est pourquoi, un bon nombre de patients se trouve, au moment du diagnostic de leur cancer, dans un état de dénutrition déjà avancé, ce qui n’aide pas à la guérison. Par la suite, l’amaigrissement peut se poursuivre en raison de la lourdeur des traitements et de leurs effets secondaires. La chimiothérapie, par exemple, peut provoquer d’importants vomissements ou diarrhées, n’améliorant pas la perte de poids. C’est pourquoi, les apports nutritionnels font partie intégrante du traitement contre le cancer.

Quel bilan réaliser face à un amaigrissement involontaire ?

Un bilan biologique sanguin est le premier examen à réaliser face à un amaigrissement involontaire. Il permettra de voir d’éventuels signes indirects de cancer, tels qu’un syndrome inflammatoire avec une vitesse de sédimentation élevée. Au moindre doute, les marqueurs tumoraux pourront être dosés, comme le PSA qui fera évoquer un cancer de la prostate, l’HCG pour le cancer du testicule, ou encore les marqueurs du cancer du sein ou du côlon. Dans un second temps, et fonction de ces résultats, d’autres examens complémentaires seront réalisés pour identifier la cause de la perte de poids. Quoi qu’il en soit, une perte de poids sans modification de régime ou d’activité physique doit provoquer la réalisation de bilans complémentaires.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X