Sommaire

Une plaie qui ne guérit pas

Une plaie qui ne guérit pas© FotoliaUn cancer buccal se développe généralement au niveau de la muqueuse qui se trouve à l’intérieur de la bouche, on parle de "carcinome". Il commence souvent par l’apparition d’une plaie, boursouflure ou irritation persistante dans la bouche. "Généralement, il n’y en a qu’une. Dans sa forme la plus courante, il s'agit d'une ulcération entourée de petites végétations et elle n’est pas douloureuse" explique le Pr Philippe Lesclous, chirurgien-dentiste.
A savoir : Toute plaie dans la bouche qui n'a pas cicatrisé au bout de deux semaines mérite d'être vue par un médecin ou un chirurgien-dentiste.

Une plaque blanche et rugueuse

Le terme "leucoplasie" concerne plusieurs types de lésions blanches. Le plus souvent, elles se développent sur la lèvre inférieure, la gencive ou la muqueuse jugale, et sont bénignes. Cependant, certaines sont susceptibles de devenir cancéreuses surtout lorsqu’elles sont logées sur la langue, le palais ou la partie entre la langue et l’arcade dentaire (l'arc composé des dents du bas). Dans ce cas, l’aspect correspond à une plaque blanche à la texture rugueuse qui, en évoluant, devient épaisse, fissurée et verruqueuse.

Une plaque rouge qui reste plus de 2 semaines

Selon un rapport du journal dentaire du Québec, une plaque rouge isolée persistant plus de deux semaines dans la bouche et sans douleur "doit pousser le patient à consulter un médecin ou un chirurgien-dentiste".
Le plus souvent, il s’agit d’une irritation bénigne. Mais "il arrive que ce type de lésion cache un carcinome envahissant ou des cancers du sang comme une leucémie, par exemple" ajoute notre interlocteur. Il se développe principalement sur le palais, la gencive, la langue et le plancher buccal.

Des difficultés à avaler

Les problèmes de déglutition sont des gênes dites "fonctionnelles". Quand ils sont associés à un cancer, ils traduisent un stade déjà très avancé. "C’est le développement de la masse tumorale qui les provoque, explique le Pr Philippe Lesclous, chirurgien-dentiste. Une fois le diagnostic de cancer posé, il y a un traitement mis en place. Il permet à la masse tumorale de ne plus croître et même de régresser."

Un essoufflement à cause de la tumeur

Un essoufflement à cause de la tumeur© FotoliaLorsqu’une tumeur se développe dans la bouche, elle peut endommager d'abord la déglutition et après la respiration. C’est une gêne dite "fonctionnelle". En évoluant, la tumeur augmente de volume, elle peut causer un obstacle au passage de l'air inspiré et un essouflement du patient. Cette gêne se déclare à un stade très avancé du cancer. En général, la personne sait déjà qu'elle a une tumeur.

Des douleurs dentaires qui durent

Un cancer débutant entraîne rarement des symptômes douloureux. Généralement, le mal est sourd ou modéré.

Une douleur dentaire qui dure plus de 2 semaines : "Elle est liée principalement à la mobilité des dents qui sont proches de la tumeur, elle-même étendue à l'os de soutien des dents" explique le Pr Philippe Lesclous, chirurgien-dentiste. Cette douleur est d'autant plus suspecte quand elle s'associe à d'autres signes énoncés ici. Le mieux est de consulter un dentiste.

Une douleur après le brossage : Si la brosse à dents passe dans la région où se situe la tumeur, le patient peut ressentir une douleur. "Pour qu’il y ait vraiment un risque cancérigène, il faut que d’autres symptômes s’y associent comme une plaie persistante" précise notre interlocuteur. Pas de panique ! Un saignement après s’être brossé les dents n’est pas lié à un cancer buccal.

Cancer de la bouche : les zones les plus à risques

Cancer de la bouche : les zones les plus à risques© FotoliaLe cancer de la bouche fait partie des cancers des voies aéro-digestives supérieures. Langue, lèvres, palais… Il en existe plusieurs sortes en fonction de l’endroit où il se développe.

Les parties les plus à risques : la face ventrale de la langue, le plancher buccal c’est-à-dire la partie entre le dessous de la langue et l’arcade dentaire, et le palais.

Il touche plus rarement : les gencives et la lèvre.

Il est important d’aller tous les ans chez le dentiste qui peut effectuer un examen clinique de la bouche et détecter d’éventuelles lésions, grosseurs ou ganglions suspects.

Sources

- Cancer de la lèvre,  de la bouche et du pharynx, Santé publique France, 16/04/2018.

Vidéo : La vérite sur les cancers hereditaires

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.