Une protéine accusée de favoriser la récidive de cancers

Publié le 29 Juillet 2019 à 16h22 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
Une équipe de scientifique de l’Institut Curie vient d’identifier une protéine associée à formation de métastases et à la récidive de cancers. Il s’agit de la protéine CD44, qui transfère le fer dans nos cellules.

Méconnue mais pourtant omniprésente dans notre organisme, la protéine CD44 fait parler d’elle ces dernières semaines. L’équipe de Raphaël Rodriguez vient de révéler ses secrets. Ce scientifique français dirige le département Chimie et Biologie du Cancer à l’Institut Curie de Paris. "CD44 jouerait un rôle dans le transport du fer à l’intérieur des cellules, détaille son étude. Une découverte qui rebat les cartes du métabolisme de ce métal et notamment de son rôle dans le cancer".

En effet, cette protéine semble agir dans le développement de cancers en favorisant l’apparition de métastases et en augmentant le risque de récidive. Et ce n’est pas tout : "Nos résultats touchent à de nombreux domaines, de la biochimie à l’épigénétique, estime Raphaël Rodriguez. Les enjeux de nos découvertes sont multiples, de la cancérologie à l’industrie cosmétique".

CD44, présente dans les ovaires, le foie, la prostate et le pancréas…

Le jeune scientifique étudie la protéine CD44 depuis un long moment. Selon lui, cette glycoprotéine est aussi associée aux glucides et est présente dans de nombreux organes. "Des ovaires au foie, en passant par la prostate ou le pancréas… Elle est impliquée dans des processus biologiques variés : développement embryonnaire, inflammation, réponse immunitaire, cancer… ", présente l’étude de Raphaël Rodriguez.

Mais c’est sur ses effets sur le cancer que se concentrent ses récentes recherches. Car c’est un fait : la protéine CD44 est associée à l’apparition de métastases et de récidives.

CD44 aussi impliquée dans l’action du fer

La protéine serait impliquée dans l’endocytose du fer, c’est-à-dire la pénétration du fer à l’intérieur de cellules de notre corps, induit l’étude. "Un résultat d’autant plus inattendu qu’il n’y avait jusqu’ici qu’un seul mécanisme connu pour cette endocytose du fer, qui s’appuyait sur une protéine spécifique, la transferrine", poursuivent les chercheurs.

Lorsque les cellules cancéreuses deviennent métastatiques, ce nouveau type de transport du fer lié à CD44 serait dominant. Or, ce fer, une fois à l’intérieur des cellules, va activer certains gènes impliqués dans le développement de cancers. À ce jour, les chercheurs sont déjà en mesure de développer des molécules capables de bloquer ce transport en fer au sein de nos cellules. "La perspective de ces découvertes fondamentales dans la lutte contre le cancer est donc à portée de main", concluent les chercheurs.

Raphaël Rodriguez espère ainsi que ces révélations lui permettront de poursuivre ses recherches et inciteront d’autres chercheurs exploiter cette piste. "Et pourquoi pas en cosmétique, puisque le mécanisme d’endocytose du fer via CD44 implique aussi l’acide hyaluronique, déjà célèbre pour ses propriétés rajeunissantes sur la peau", suggère-t-il.

Métastases : quels sont les cancers qui se propagent le plus ?

La plupart des cancers sont susceptibles de produire des métastases. Toutefois certains ne se métastasent jamais : on cite l'épithélioma basocellulaire (une forme de cancer de la peau). En revanche, d'autres se propagent de façon loco-régionale, dans le tissu adjacent. C’est le cas des cancers de l’ovaire et du cerveau.

Enfin d’autres sont beaucoup plus à risque de métastases étendus comme les cancers du sein, de la prostate, du poumon, du rein, du côlon et le mélanome (autre forme de cancer de la peau).

Les os (surtout la colonne vertébrale), les poumons, le foie, le cerveau et les reins constituent les zones les plus susceptibles d’être envahies par des métastases, nous a indiqué le Pr Michel Crépin, spécialiste en oncologie.

En effet, plusieurs facteurs entreraient en jeu : la consommation d'oxygène de l'organe (plus il en consomme, plus il absorbe de sang, comme pour le cerveau et les poumons), son rôle de filtre (foie, poumons, reins) et sa proximité par rapport à la tumeur initiale.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.