Un test pour diagnostiquer le cancer avec le souffle : comment ça marche ?

Publié le 04 Janvier 2019 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Des chercheurs britanniques sont actuellement en train de tester une nouvelle méthode de diagnostic du cancer par le souffle, capable d'indiquer la présence de cellules tumorales. Ils espèrent ainsi améliorer le dépistage et la détection précoce de maladie. Mais comment est-ce possible ? Décryptage.
Publicité

A l'heure où le cancer tue près de neuf millions de personnes chaque année dans le monde, il est impératif de dépister la maladie le plus tôt possible pour commencer rapidement les traitements et ainsi améliorer les chances de survie. C'est dans cette logique que s'incrit la démarche de scientifiques britanniques, qui sont en train de mettre au point une nouvelle méthode de dépistage consistant à détecter un cancer par le souffle.

Cette technique, actuellement testée sur 1500 patients à l'Addenbrooke's Hospital à Cambridge en Angleterre, permettrait en effet de repérer plus facilement la maladie, quand bien même celle-ci est encore asymptomatique : "Dans beaucoup de cas, nous ne disposons tout simplement pas des bons tests pour détecter les cancers à un stade précoce car il n'y a pas de symptômes", explique au Daily Mail le Dr David Crosby, travaillant au centre de recherche sur le cancer britannique à l'initiative de ce projet.

Publicité

Dix minutes d'expiration pour détecter un cancer

Le principe est simple : pendant dix minutes, le patient doit souffler dans un appareil qui peut détecter la présence de cellules cancéreuses. En effet, les cellules cancéreuses dégagent dans le sang des molécules spéciales, appelées composés organiques volatils (COV), qui peuvent être retrouvées dans les poumons et donc dans le souffle. Une fois l'air expiré collecté, l'échantillon est envoyé à un laboratoire qui se charge de l'analyser.

Publicité

Avec ce test, les scientifiques espèrent également savoir si ces marqueurs chimiques diffèrent en fonction du type de cancer, permettant ainsi de mieux les reconnaître. L'essai se concentre d'abord sur les patients susceptibles de souffrir d'un cancer de l'estomac ou d'un cancer de l'œsophage, puis sera étendu aux cancers de la prostate, du rein, de la vessie, du foie et du pancréas.

Une méthode complémentaire en vue d'un diagnostic parfait

Selon le Dr Crosby, le "potentiel" de cette nouvelle méthode est "énorme". D'autant que, contrairement à la biopsie qui est un examen invasif et dont les résultats sont longs à obtenir, le test par le souffle n'est pas douloureux et permettrait de fixer le patient sur son état de santé en l'espace de quelques jours. Mais plutôt que de remplacer les méthodes existantes, il pourrait les compléter, en vue d'un diagnostic parfait : "Les tests basés sur le souffle pourraient aider au diagnostic, avec les analyses sanguines et d'urine dans le but d'aider les médecins à détecter et traiter la maladie", conclut le scientifique Billy Boyle, qui a imaginé cette technologie prometteuse.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X