Ganglion cervical gonflé : diagnostiquer un lymphome par biopsie

Publié le 12 Mars 2018 par La Rédaction Médisite
Lorsqu’un ganglion cervical présente une adénopathie, une biopsie peut être effectuée. Un ganglion cervical gonflé peut faire suspecter un lymphome.
Publicité

© Istock

Ganglion cervical : quel est son rôle ?

La modification d’un ganglion cervical doit toujours être considérée avec sérieux. En effet, un ganglion cervical gonflé signifie que l’organisme ne tourne pas au mieux. Les ganglions lymphatiques ont pour mission d’empêcher la propagation d’une infection en bloquant les germes pour les empêcher d’être véhiculés dans l’organisme par le sang. En d’autres termes, un ganglion lymphatique produit et stocke certaines formes de monocytes et de lymphocytes qui ne sont autres que des globules blancs chargés d’assurer la défense immunitaire.

Publicité
Publicité

Ganglion cervical gonflé : il faut consulter

Une hypertrophie d’un ganglion cervical, c’est-à-dire son gonflement, nécessite une consultation au cours de laquelle le médecin interroge son patient sur les symptômes qu’il ressent et leur ancienneté. Ensuite, l’auscultation lui permet d’effectuer une palpation des ganglions lymphatiques. La présence d’un ganglion cervical gonflé justifie une investigation plus poussée. Des examens complémentaires sont indispensables pour permettre au spécialiste de poser son diagnostic. C’est par exemple le cas de la biopsie.

Biopsie : une aide au diagnostic

Pour confirmer ou infirmer la présence d’un lymphome, il est nécessaire d’effectuer une biopsie du ganglion cervical enflé. Le praticien peut prélever un simple échantillon du ganglion du cou ou le retirer complètement pour pouvoir l’analyser. Dans le premier cas, il s’agit d’une biopsie incisionnelle, dans le second cas, d’une biopsie excisionnelle. L’analyse des tissus ou cellules est effectuée par un laboratoire de pathologie.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X