Sommaire

Des antécédents personnels de cancer du sein

En France, 1 femme sur 8 sera confrontée au cancer du sein dans sa vie. Un dépistage précoce permet de guérir le cancer dans plus de 90% des cas et d'être soigné par des traitements moins agressifs.

En dehors de celles âgées entre 50 et 74 ans et de celles porteuses d'une mutation génétique (BRCA1 et 2), il y a des femmes qui sont à risque du cancer du sein et doivent disposer d'un dépistage spécifique. C'est le cas, selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé pour celles ayant un antécédent personnel de cancer du sein invasif ou de carcinome canalaire in situ.

"Si la femme a eu un cancer du sein ou un carcinome canalaire in situ, un examen clinique doit être réalisé tous les 6 mois pendant les 2 ans qui suivent la fin du traitement puis tous les ans. Une mammographie annuelle unilatérale ou bilatérale doit aussi être effectuée, éventuellement suivie d’une échographie. Ce suivi est recommandé sans limite de durée" indique la HAS.

Des antécédents d'hyperplasie canalaire, lobulaire

Les trois autres situations où la femme est concernée par un dépistage spécifique du cancer du sein sont : un antécédent d’hyperplasie canalaire atypique, d’hyperplasie lobulaire atypique ou de carcinome lobulaire in situ.

"La réalisation d’une mammographie annuelle pendant 10 ans, en association éventuelle avec une échographie mammaire en fonction du résultat de la mammographie, est recommandée, indique la HAS. Si, au terme de cette période de 10 ans, la femme a 50 ans ou plus, elle est incitée à participer au programme national de dépistage organisé. Si, au bout de 10 ans, la femme a moins de 50 ans, une mammographie en association éventuelle avec une échographie mammaire lui sera proposée tous les 2 ans jusqu’à l’âge de 50 ans, âge auquel elle intégrera le programme de dépistage national."

Des antécédents familiaux de cancer du sein

Une femme qui a un/des antécédent(s) familial/aux de cancer du sein avec score d'Eisinger* d’indication à la consultation d’oncogénétique ≥ 3 en l’absence de mutation génétique identifiée dans la famille, doit se faire dépister. "’C'est à l’oncogénéticien d’évaluer le niveau de risque personnel de cancer du sein de la femme, au vu de son arbre généalogique et de son âge" précise la HAS. Par contre, "en cas de mutation génétique identifiée au sein de la famille mais non retrouvée chez la femme, aucun dépistage spécifique n’est recommandé".

*Score d’Eisinger : score obtenu après analyse de l’arbre généalogique et de l’histoire familiale permettant d’évaluer la nécessité d’une consultation avec un oncogénéticien.

Des antécédents de radiothérapie thoracique

Selon la Haute Autorité de Santé, une femme qui présente un antécédent de radiothérapie thoracique (irradiation thoracique médicale à haute dose pour maladie de Hodgkin) est à risque du cancer du sein et doit bénéficier d'un dépistage spécifique. "Il est recommandé d’effectuer un examen clinique et une IRM tous les ans, 8 ans après la fin de l’irradiation au plus tôt à 20 ans pour l’examen clinique et à 30 ans pour l’IRM). Et, en complément, la réalisation d’une mammographie annuelle et une éventuelle échographie sont recommandées. Ce suivi est recommandé sans limite de durée" préconise la HAS.

Les cas où le dépistage spécifique n'est pas recommandé

Après avoir identifié 69 facteurs de risque présumés du cancer du sein, la HAS a écarté les situations pour lesquelles il n'est pas recommandé de dépistage spécifique :

- consommation d'aliments (thé, café) : "Facteurs de risque prétendus mais dont l’analyse de la littérature montre qu’ils n’en sont pas" selon la HAS.

- port de prothèses en silicone (même chose que pour les aliments).

- utilisation de déodorants, taille des seins, densité mammaire élevée après la ménopause : "Facteurs de risque pour lesquels les données scientifiques disponibles ne sont pas suffisamment fiables pour les définir comme tels."

- traitement hormonal substitutif, prise de contraception hormonale, certaines lésions mammaires, grossesse tardive, obésité après la ménopause : "Facteurs de risque associés à une augmentation modérée voire modeste du risque de survenue du cancer du sein."

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

- Cancer du sein : quel dépistage selon vos facteurs de risque ?, communiqué de presse HAS, 19 mai 2014.

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.