Sommaire

Cancer des ovaires, des trompes de Fallope : douleur etprise de poids inexpliquée

Cancer des ovaires, des trompes de Fallope : douleur etprise de poids inexpliquée"La plupart du temps, ces cancers sont longtemps silencieux, mais quelques signes peuvent amener à consulter : des douleurs dans le bas-ventre qui surviennent toujours du même côté, et peuvent être violentes si l'ovaire se tord, ou une constipation qui peut être due à la compression des organes par la tumeur.

Lorsque la tumeur est développée, elle provoque de l'ascite c'est-à-dire un épanchement liquidien dans l'abdomen pouvant, s'il est méconnu, devenir abondant (parfois 1 à 4 litres) : l'abdomen augmente alors de volume. Ce phénomène s'accompagne d'une prise de poids liée à l'abondance de l'épanchement", note le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

A noter qu'en cas d'antécédents familiaux de cancer de l'ovaire, un surveillance rigoureuse est de mise.

Cancers de l'utérus : attention aux saignements

Cancers de l'utérus : attention aux saignements"Il existe plusieurs types de cancer de l'utérus : le cancer du col de l'utérus, le cancer du muscle utérin lui-même (sarcome), ou le cancer de la muqueuse (cancer de l'endomètre)", explique le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

"Dans les cas d'un cancer de l'endomètre ou du col utérin, ce sont souvent des saignements qui vont alerter. Soit ils surviennent alors que la femme est ménopausée, soit la femme est plus jeune et les pertes de sang auront lieu en-dehors des règles. Ces pertes de sang peuvent être provoquées par des rapports sexuels ou un examen gynécologique.

D'autres signes peuvent concerner tous les cancers utérins : douleurs, constipation inhabituelle et rebelle ou envies fréquentes d'uriner. Ceux-ci sont liées à la tumeur qui peut comprimer les intestins, le rectum ou la vessie. "

Cancer du côlon et du rectum : douleurs et troubles du transit

Cancer du côlon et du rectum : douleurs et troubles du transitLe cancer colorectal est le deuxième cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez la femme, juste après le cancer du sein.

"Le cancer colorectal peut se manifester par des douleurs dans le ventre, une constipation inhabituelle, durable, voire une occlusion, ou des diarrhées, voire une alternance des deux. Tous ces signes résistent aux traitements symptomatiques habituels.

D'autre part, des selles noires peuvent révéler le saignement d'une tumeur placée assez haut dans le côlon. Du sang rouge dans les selles est susceptible d'indiquer la présence d'une tumeur dans la dernière partie du côlon ou dans le rectum", prévient le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

Ici, une colonoscopie amenant à une biopsie permettront le diagnostic.

Cancer du sein : il ne se résume pas à un nodule dans le sein

Cancer du sein : il ne se résume pas à un nodule dans le seinToutes les femmes se méfient de la petite boule au sein qu'elles peuvent découvrir un matin en prenant la douche, ou en s'autoexaminant.

Mais d'autres symptômes passent parfois inaperçus, comme le souligne le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

"Une petite ride qui n'existait pas, une discrète déformation du sein comme un aplatissement par exemple, un mamelon rétracté qui ne sort plus, une légère asymétrie entre les deux seins, un écoulement unilatéral du mamelon, l'augmentation de volume d'un ganglion axillaire, un sein qui devient tendu, rouge, chaud, tous ces changements doivent amener à prendre rapidement rendez-vous avec son médecin. "

Dans tous ces cas, ce sont les examens ( mammographie, échographie, biopsie …) qui amèneront au diagnostic

Cancer de la peau : lésion persistante et grain de beauté suspect

Cancer de la peau : lésion persistante et grain de beauté suspectLe cancer de la peau est le troisième cancer le plus fréquent chez la femme. Il est favorisé par des expositions prolongées aux UV.

"Il existe plusieurs types de cancer de la peau en fonction de la couche de la peau touchée. Le mélanome formé à partir des mélanocytes, les cellules qui colorent l'épiderme, se remarque par un grain de beauté qui change d'aspect, de couleur ou se met à saigner si on le gratte un peu. Toute modification de l'aspect d'un naevus cutané justifie une consultation dermatologique.

Les autres types de cancer, sont le cancer spinocellulaire, ou encore le cancer basocellulaire : pouvant siéger en toute régions, ils se manifestent par une lésion récente qui ne guérit pas, une croûte qui s'épaissit", note le Dr Françoise May-Levin, cancérologue. Ces signes doivent amener à consulter un dermatologue.

Dans tous ces cas, c'est l'examen microscopique qui permettra le diagnostic

Cancer de la thyroïde : nodule à la base du cou ou modulation de la voix

Cancer de la thyroïde : nodule à la base du cou ou modulation de la voixLe cancer de la thyroïde est aujourd'hui de bon pronostic, toutefois, comme les autres cancers, il convient de le repérer le plus tôt possible.

"Il se manifeste par une grosseur au niveau du cou que l'on remarque ou que l'on sent sous les doigts. Cela dit, dans certains cas, on ne pourra observer ses effets que sur le larynx (voie aérienne) ou le pharynx (voie digestive) qu'elle comprime : la personne souffrira de maux de gorge semblables à une angine mais qui ne passent pas, ou verra sa voix se modifier et devenir bitonale, un peu comme celle des jeunes garçons en période de mue.

Si ces symptômes perdurent plus de trois semaines, il faut consulter", met en garde le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

Echographie de la thyroïde et scintigraphie aideront à visualiser la lésion.

Cancer du poumon : douleur et toux persistante

Cancer du poumon : douleur et toux persistanteAvec le développement du tabagisme féminin, le cancer du poumon ou cancer bronchique n'est plus un cancer essentiellement masculin, c'est pourquoi il est important pour les femmes d'en connaître les signes.

"Il existe deux types de cancer bronchique : carcinome à petites cellules ou carcinome non à petites cellules. Mais dans les deux cas, les manifestations sont similaires : une toux persistante avec des crachats sanglants et un essoufflement. Aussi, en fonction de la localisation de la tumeur, une douleur peut apparaître dans le dos, ou même au niveau de l'épaule ou des cervicales, comme un torticolis", explique le Dr Françoise May-Levin, cancérologue .

Cancers digestifs : perte d'appétit et amaigrissement

Cancers digestifs : perte d'appétit et amaigrissement"Les cancers digestifs, touchant l'estomac, l'œsophage ou le pancréas sont de plus en plus courants", remarque le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

"Les cancers situés haut dans l'œsophage peuvent entraîner des difficultés à avaler. S'ils sont placés plus bas dans l'estomac, il peut se signaler par des crampes et des hémorragies donnant des selles noires.

Quant au cancer du pancréas, il est souvent découvert tard car l'organe est très profond, derrière l'estomac. Il peut toutefois provoquer une jaunisse ou ictère lorsque la tumeur bloque les vaisseaux évacuant la bile.

Dans tous les cas on observe souvent une perte d'appétit et un amaigrissement rapide."

Cancer du rein : douleur et infection urinaire

Cancer du rein : douleur et infection urinaireLe cancer du rein est rare (3% des cancers environ) mais est en augmentation. "La tumeur reste muette très longtemps", souligne le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

"Toutefois on observe parfois une douleur lombaire persistante, d'un seul côté, parfois associée à une masse palpable. La personne peut également présenter des infections urinaires à répétition."

Dans ce cas, le médecin pourra prescrire des examens complémentaires.

Cancer du sang : fatigue et hématome

Cancer du sang : fatigue et hématome"Il existe quatre grands types de leucémies : la leucémie aigüe lymphoblastiques (LAL), la leucémie aigüe myéloblastique (LAM), la leucémie lymphoïde chronique (LLC) et la leucémie myéloïde chronique (LMC).

Les signes d'alertes peuvent être une fatigue, une fièvre qui ne passe pas, des hémorragie ou des hématomes qui apparaissent sur le corps sans qu'il ait eu de choc", explique le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

Pas de panique tout de même !

Pas de panique tout de même !"Cet article est loin d'être exhaustif mais souligne le caractére sournois de bien des cancers. Certes, le moindre mal de gorge ou la constipation banale ne sont pas fatalement des cancers, mais tout symptôme anormal et inhabituel durant plus de quelques semaines, et ce, en dépit des traitements habituels, doivent impérativement amener à consulter", insiste le Dr Françoise May-Levin, cancérologue.

Pour en savoir plus

La ligue contre le cancer

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.