Cancers digestifs : jusqu’à 5 fois plus de risques pour les personnes obèses

Publié le 13 Mai 2019 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Vous êtes en surpoids ? Gare au risque de cancer… La surcharge pondérale augmenterait de 2 à 5 fois les risques de cancers digestifs.
Publicité

portrait of beautiful young woman comforting crying obese woman during therapy session on mental issues© Istock

49 % des adultes français sont en surcharge pondérale - dont 17 % sont obèses. Des chiffres qui inquiètent fortement le monde médical, et notamment l’Association Française de Chirurgie (AFC), qui rassemble près de 2 000 chirurgiens digestifs. En effet, de récentes études ont évalué une forte corrélation entre obésité et cancers digestifs.

Publicité

Les risques de cancers digestifs sont présents dès le surpoids

Dans un communiqué, les membres de l’association rappellent que “le surpoids et l’obésité ont un effet multiplicateur de 2 à 5 pour six cancers digestifs : oesophage, vésicule biliaire, foie, colorectal, pancréas et estomac”. Et plus votre indice de masse corporelle augmente, plus vous êtes à risque. Pour rappel, l’IMC est calculé en divisant le poids par la taille au carré. On parle de surpoids lorsque le résultat obtenu est supérieur à 25, et d’obésité lorsqu’il excède 30.

Le vôtre est encore inférieur à ce dernier seuil ? Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle... Car nul besoin d’être obèse pour développer un cancer. Les premiers risques apparaissent en effet dès le surpoids. Ce qui signifie que “près de la moitié de la population adulte française est concernée” alerte l’association. En cause, “l’augmentation de la sécrétion insulinique et l’état inflammatoire chronique”, qui “favorisent la prolifération cellulaire”.

Publicité

Plus l’IMC augmente, plus les risques sont élevés

Les chances de tomber malade varient en fonction de l’IMC et du type de cancer. Pour le cancer de l'oesophage, par exemple, chaque unité d’IMC acquise est associée à un risque accru de 11 %. Ainsi, si cet indice augmente de 5 points, les chances de développer un cancer sont de 55 %. Cette pathologie pourrait être favorisée par l’augmentation de la pression intra-abdominale chez les personnes en surpoids, qui provoque plus de reflux gastro-oesophagiens.

Publicité

Et si le risque de cancer du foie n’augmente “que” de 13 % chez les personnes en surpoids, il passe à + 109 % chez les sujets obèses. Une croissance exponentielle qui s’expliquerait par l’inflammation associée à l’obésité.

D’autres facteurs peuvent s’ajouter au poids, et faire varier les risques. Ainsi, les hommes sont plus exposés au cancer colorectal que les femmes. Mais ces dernières seraient plus susceptibles de développer un cancer de la vésicule biliaire. Quand aux jeunes obèses, ils sont globalement plus à risque que leurs homologues plus âgés.

L’AFC s’associe au Collectif National des Associations d’Obèses, afin de booster la prévention

L’Association Française de Chirurgie tiendra son congrès annuel du 15 au 17 mai 2019, et vient de nouer un partenariat avec le Collectif National des Associations d’Obèses (CNAO). Le 17 mai, journée européenne de l’obésité, les chirurgiens réfléchiront à un plan de prévention accru pour réduire les cancers digestifs, et échangeront sur les modalités chirurgicales en situation d’obésité.

Publicité

Ce partenariat a donc pour but d’aider les personnes obèses à devenir actrices de leur santé, en les sensibilisant à ces cancers digestifs, mais aussi aux cancers du sein et gynécologique, auxquels elles sont particulièrement exposés.

“L’AFC se doit de prendre part au grand défi de santé publique qui touche notre discipline. Pour ne prendre l’exemple que du cancer colorectal, 70 % sont évitables et guérissables quand ils sont détectés tôt : son dépistage est fondamental”, conclut Patrick Pessaux, professeur de chirurgie digestive à l’IHU de Strasbourg et Président de l’association.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X