Sommaire

Atteint d’un double cancer de l’œsophage et de l’estomac depuis plus de deux ans, Bernard Tapie a décidé, en désespoir de cause, de se lancer dans un traitement expérimental à l'hôpital universitaire de Louvain, en Belgique. Les chimiothérapies classiques sont restées sans effet sur sa maladie, qui s’est donc largement propagée et métastasée. Dans une interview accordée à Soir Mag, l’homme d’affaires de 77 ans fait des révélations bouleversantes sur son état de santé.

Bernard Tapie, au plus mal à cause de son traitement

C’est avec une voixméconnaissable, sourde, éraillée”, selon nos confrères belges, que l’ex-patron de l’OM s’est confié. Le cancer a, en effet, endommagé ses cordes vocales, lui laissant une tonalité plus aiguë et très étouffée. Quant au traitement qu’il suit depuis janvier dernier, il met aussi son corps à rude épreuve.

“Le traitement a des résultats très significatifs quant à leur efficacité sur les tumeurs, mais la difficulté, c’est d’arriver à en supporter les conséquences”, explique Bernard Tapie. “Ce ne sont pas les effets secondaires habituels d'une chimio. Ici, ce traitement peut altérer le cœur et l'assistance respiratoire, donc il peut incontestablement mettre en péril celui qui le subit. Avec ce traitement, je me sens donc actuellement beaucoup plus mal”, ajoute-t-il.

“Sans mon traitement à Louvain, je serais déjà mort !”

Bien que les effets secondaires de ce procédé expérimental “interviennent de manière plus violente” que les symptômes de ses deux cancers réunis, l’homme politique se montre très reconnaissant envers son créateur, le professeur Eric Van Cutsem, estimant que ce dernier lui a sauvé la vie.

“Les professeurs qui me soignent en France, voyant que les traitements que je recevais depuis deux ans ne donnaient pas bons résultats, ont cherché si, dans le monde, il existait éventuellement d'autres possibilités”. Ce sont donc eux qui l’ont orienté vers la Belgique. “Sans mon traitement à Louvain, je serais déjà mort !”, concède le millionnaire.

“C’est le professeur qui va trancher pour savoir si on continue”

Malheureusement, Bernard Tapie supporte de moins en moins ces effets indésirables extrêmement lourds… Mais il ne compte pas baisser les bras pour autant. Des discussions sont en cours avec les médecins qui le soignent pour “voir s’il n’y a pas une autre possibilité de traitement”.

En parallèle, le politicien reconverti dans le théâtre “fait appel à tout ce qui est susceptible de combattre cette maladie, comme par exemple l’aromathérapie, la mésothérapie, les médecines douces”... Et il accepte de laisser son destin entre les mains du Pr Van Cutsem. “C’est le professeur qui va trancher pour savoir si on continue [le traitement], au risque de me voir mourir guéri de mon cancer”, confie-t-il.

Sources

Le cancer de l’œsophage : points clés, Institut national du cancer. 

Le cancer de l'estomac : points clés, Institut national du cancer.

Interview exclusive de Bernard Tapie: « Ce médecin belge m’a sauvé la vie!», Soir Mag, 26 août 2020. 

mots-clés : Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.