Sommaire

Miss France 2013, Marine Lorphelin est, à ce jour, la Miss la plus titrée de l’histoire du concours. Mais elle aussi bien plus qu’une reine de beauté. Interne en médecine générale au sein de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) et créatrice de contenus sur les réseaux sociaux, elle vient de s’associer à la marque Tampax pour devenir leur nouvelle ambassadrice. Medisite s’est entretenu avec elle dans une interview exclusive.

Marine Lorphelin brise les tabous sur les protections menstruelles

Medisite : Pourquoi devenir ambassadrice de Tampax ?
Marine Lorphelin : “La santé féminine me tient à cœur et je souhaitais notamment aborder le sujet des protections périodiques. À travers cette campagne, nous avons mis en place des contenus pédagogiques, pour informer les utilisatrices sur la bonne utilisation des tampons et combattre certaines idées reçues.”

Medisite : Quelles sont ces fameuses idées reçues ?
ML : “Les tampons ont été diabolisés ces dernières années, par la mise en lumière des fameux chocs toxiques. Ce sont effectivement des problématiques graves, mais elles sont aussi très rares. Des études ont également prouvé l’innocuité des tampons vis-à-vis du choc toxique ; ce dernier est plutôt lié à une mauvaise utilisation des dispositifs intra-vaginaux - ce qui inclut aussi les cups.”

Medisite : Avez-vous déjà vécu des expériences désagréables avec des protections hygiéniques ?
ML : “Je n’ai pas vraiment vécu de mauvaises expériences. Mais, forcément, il m’est déjà arrivé d’avoir des accidents. Je n’avais pas forcément anticipé l’arrivée de mes règles, ou bien je portais une protection qui n’était pas adaptée à mon flux. Je pense que c’est déjà arrivé à toutes les personnes menstruées. C’est d’ailleurs pour ça qu’il est important de trouver les protections hygiéniques qui nous correspondent et conviennent à notre mode de vie.”

Medisite : Quelles sont celles que vous privilégiez ?
ML : “Dans mon quotidien de femme active, sportive, mais aussi de mannequin, je trouve les tampons plus pratiques. J’ai récemment découvert les culottes menstruelles, que trouve intéressantes, mais ce n’est pas quelque chose que je peux intégrer facilement à ma vie quotidienne. Ne serait-ce que lors des shootings, elles pourraient être un peu visibles à travers mes vêtements. Cette option est donc plus pratique lorsqu’on reste à la maison. Quant à la cup, je ne trouve pas ça très hygiénique, il faut pouvoir la nettoyer, voire la stériliser, ce qui n’est pas toujours possible à l’extérieur. Le plus important pour moi, c’est d’assurer ma santé et, justement, les tampons sont stériles dans leur emballage. Il faut simplement respecter les règles d’hygiène lorsqu’on les utilise, c’est-à-dire se laver les mains avant et après l’application et respecter la durée du port.”

Medisite : Justement, en termes d’hygiène féminine, quelle est votre routine ?
ML : “J’estime qu’il faut avoir une hygiène parfaite, mais sans en abuser. Autrement dit, se doucher tous les jours, utiliser un gel intime pour nettoyer l’extérieur du vagin, mais surtout pas l’intérieur. La douche vaginale détruit la flore. Il ne faut donc pas non plus rentrer dans une routine hygiénique trop intense. Personnellement, je n’aime pas trop utiliser tout ce qui est lingettes, etc, même si ça peut dépanner. Je préfère me laver à l’eau et au savon.”

Sources

Interview de Marine Lorphelin par Pauline Capmas-Delarue, pour Medisite. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.