Au travail, pour assister à un mariage ou par simple envie d’élégance, la cravate se noue autour des cous pour serrer les cols de chemise depuis des siècles. Un acte anodin pour bon nombre d’entre vous, mais pas pour un groupe de neuroradiologues de l’Université de Kiel en Allemagne. Selon eux, cet accessoire de mode s’apparente plutôt à un “étranglement social”. Et ils ne sont pas les premiers à en parler, puisque d’autres études pointaient déjà les effets délétères du nœud de cravate pour la santé… Explications !

Baisse de 7,5 % du flux sanguin vers le cerveau

L’équipe de médecins a mené une étude sur trente hommes en bonne santé et tous âgés autour de 25 ans. Ils les ont divisé en deux groupes de quinze personnes. La première moitié a dû nouer une cravate avec le Windsor, un nœud très épais qui provoque un "léger point d’inconfort". Le second groupe a été utilisé comme groupe témoin et ne portait donc pas de cravate. Tous ont ensuite passé une IRM pendant quinze minutes.

Résultats : les chercheurs ont découvert que le cerveau des porteurs de cravates recevait en moyenne 7,5 % de "flux sanguin cérébral" en moins que le cerveau des sujets du groupe témoin. Cette diminution du débit sanguin s’explique par la compression des veines jugulaires au niveau du cou par le nœud de cravate.

Des risques pour les personnes âgées et les fumeurs

Selon les scientifiques, cette baisse d’afflux sanguin reste dans les normes physiologiques et ne doit donc pas inquiéter la plupart des porteurs de cravate.

Mais pour les personnes âgées, les gros fumeurs, les personnes souffrant d’hypertension artérielle ou encore de diabète, cela pourrait entraîner des effets néfastes comme le ralentissement de l’activité cérébrale et des capacités cognitives en raison de la réduction de l’apport en oxygène. Des maux de tête, des étourdissements ou même des nausées peuvent être ressentis lorsque la cravate est portée de façon serrée trop longtemps.

Altération de la vue et troubles musculo-squelettiques

Une précédente étude publiée dans le British Journal of Ophtalmology montrait déjà les possibles dommages du port de la cravate pour la vue, toujours liés à la mauvaise circulation sanguine. Les chercheurs se sont aperçu que lorsqu’un homme porte une cravate serrée, sa pression intraoculaire augmente également. Celle-ci est considérée comme facteur de risque de développer une cataracte. Elle peut également être à l’origine d’un glaucome, une maladie de l'œil qui provoque une diminution irrémédiable du champ de vision, ou l’accentuer lorsqu'il est déjà présent.

Enfin, une autre étude scientifique, cette fois sud-coréenne, montre que le port de la cravate peut aussi être mauvais pour les muscles et le squelette. Après avoir passé au crible trente informaticiens porteurs de cet accessoire, l’équipe de scientifiques de l'Université de Yonsei a conclu que la flexion du cou et l'amplitude de mouvement étaient “significativement réduites” par le nœud de cravate, ce qui augmente les risques de traumatisme musculo-squelettique.

Sources

https://link.springer.com/article/10.1007/s00234-018-2048-7 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1771792/ 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21709362/ 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.